La chasse des oiseaux à la glu en passe d’être interdite

La chasse à la glu ou à la colle, autorisée dans 5 départements du sud-est de la France par un arrêté ministériel datant d’août 1989, vient de franchir une nouvelle étape en vue de son interdiction. Dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, le Sénat vient en effet de se prononcer en faveur d’une telle interdiction lundi 18 janvier 2016, notamment grâce à la lutte de la LPO qui a rendu ce sujet plus connu du grand public. Cette technique de chasse, dite au gluaux, encore utilisée dans certains pays du pourtour méditerranéen, voit les chasseurs et braconniers enduire des branches d’un liquide visqueux qui piégera un oiseau attiré par des appelants. Une fois pris au piège, l’oiseau est poussé à s’arracher les plumes et se briser les ailes en espérant se dégager. Si cette méthode vise la capture de seulement 5 espèces d’oiseaux (les 4 espèces de grives et le merle), elle impacte nombre d’autres espèces. Une non-sélectivité critiquée par la Commission européenne et qui joue un rôle essentiel pour que la loi soit adoptée. Malgré les contestations des opposants à la loi, le nettoyage et la libération des autres oiseaux ne fait pas de cette méthode une technique sélective. En effet, les oiseaux capturés involontairement subissent, pour la majorité, des dommages (plumes arrachées et articulations démises en se débattant dans la glu, état de fatigue et de stress avancé, etc.) qui ne leur laissent que peu de chance de survie une fois relâchés, surtout dans le cas de capture de petits passereaux tels que fauvettes, pouillots, roitelets qui pèsent 10 à 20 fois moins qu’un merle ou une grive. De plus il est difficile de savoir si les détenteurs d’une autorisation de chasse aux gluaux respectent la réglementation, d’autant plus que certains de ces petits animaux peuvent se vendre très cher sur le marché, certains avoisinant les 400 €. C’est en effet le braconnage qui, en deçà de l’horreur de cette méthode, est le problème le plus important, et il faut maintenant espérer que cette loi soit adoptée définitivement par l’assemblée nationale, cet été, et réellement appliquée. Bien que des braconniers aient déjà comparu devant la justice, les contrôles par les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) restent difficiles et rares. Il est alarmant de constater que la France fait encore partie des 10 pays du bassin méditerranéen où le taux de braconnage est le plus élevé avec, entre autres, quelque 400 000 pinsons des arbres, rouge-gorge, mésanges et autres passereaux tués annuellement.
Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 21 janvier 2016 à 03:17
38 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
Les derniers articles de l'auteur :
  • Bientôt un nouveau parc naturel marin en Corse
  • Inondation et pesticides : qu’en est-il ?
  • Le Sénat vote contre les coraux et pour le développement économique
  • 7 Réponses à "La chasse des oiseaux à la glu en passe d’être interdite"

    • comment-avatar
      Jérôme 23 janvier 2016 (18 h 33 min)

      Merci de cette bonne nouvelle. La possibilité de manifester du « bon sens » sur « Parlement & Citoyens » concernant les projets de loi, permet de soutenir les associations qui se battent pour la collectivité. Cela semble avoir un poids favorable dans l’intérêt de tous, loin de tout ce qui a pu se faire auparavant..;

    • comment-avatar
      Gromit 24 janvier 2016 (10 h 31 min)

      Il est grand temps de contrôler un peu plus les chasseurs et braconniers (qui sont souvent les mêmes). Ceux-ci ont un peu trop tendance à considérer que la nature leur appartient et qu’ils peuvent en faire ce qu’ils veulent.
      Quand on pense qu’en plus ces abrutis ont le soutien de ce gouvernement pusillanime pour commettre leurs méfaits on ne peut qu’être écœuré.
      À quand un état d’urgence pour la faune sauvage qui est au plus mal dans notre pays ?

    • comment-avatar
      DELSOL 24 janvier 2016 (12 h 26 min)

      Ecoeurè ,c’est tout, un peu plus de répression pour ces braconniers ou chasseurs avec des amendes beaucoup plus importantes pour ces sauvages.Qui y a t-il de plus beau qu’un oiseau qui chante!

    • comment-avatar
      bregeat 25 janvier 2016 (10 h 05 min)

      Oui, sauf que le Sénat a voté contre à la quasi unanimité… Souhaitons que l’assemblée soit moins attachée à ses traditions morbides… Englué, a t’on trouvé mort plus atroce… Bande de vieux débrits… Représentants de qui, la population rurale a évolué aussi !! Drôle de démocratie, ou des gens votent des lois en fonction de ce qu’ils pensent pouvoir les faire réélire… Miroir aux alouettes, lobbies crasseux et arriérés, défendant ce que plus personne ne soutient, au nom de la représentation démocratique… Le taux de participation parle de lui même… Au moins, avec les pesticides, ils ont encore une vraie légitimité, allez y les gars, vive le round up qui rend nos campagnes plus prores…

    • comment-avatar
      dodo 27 janvier 2016 (18 h 01 min)

      si c’est les braconniers qui posent problème, une interdiction ne servira à rien !

    • comment-avatar
      Normand 10 février 2016 (11 h 46 min)

      Qui y a t’il de plus beau qu’un oiseau qui chante ? Un con qui se tait !

    • comment-avatar
      Normand 10 février 2016 (11 h 48 min)

      Et un con qui se tait est un pov ‘ type qui laisse la Nature vivre en paix.

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.