Disparition annoncée des ampoules halogènes

A l’instar des ampoules à incandescence, il y a un peu plus de 5 ans, les ampoules halogènes devraient prochainement disparaître des rayons des magasins. Si les ampoules halogènes consomment environ deux fois moins d’énergie que les anciennes ampoules à incandescence, c’est encore beaucoup trop face aux fluocompactes et aux LED. S’il y a peu, les halogènes étaient les seules à garantir un flux de lumière de qualité et instantanée, leurs concurrentes ont fait de nets progrès. Le flux de lumière n’est ainsi plus un problème, quelle que soit la technologie, tandis que pour la rapidité d’allumage seules les fluocompactes demandent encore un délai de quelques secondes pour fournir leur pleine puissance. Pour le reste (consommation d’énergie et longévité), l’avantage est sans conteste aux fluocompactes et LED. L’halogène, avec une durée de vie moyenne de trois ans et un gain de 30 à 40 % d’économie par rapport à l’incandescence est clairement le mauvais élève du groupe. La fluocompacte fait deux fois mieux, avec une longévité et économie deux fois supérieure, quand les lampes à LED s’affichent clairement dans une catégorie supérieure avec longévité de plus de 20 ans et 90 % de baisse de consommation d’énergie face aux anciennes ampoules à incandescence. Aussi, si aujourd’hui les halogènes détiennent encore les faveurs des consommateurs, elles le doivent principalement à leur tarif en moyenne deux fois inférieur aux fluocompactes, quand les LED sont généralement quatre fois plus chères. En conséquence, l’halogène se trouve actuellement quasiment dans la même situation que les ampoules à incandescence avant leur disparition, leur interdiction devrait ainsi intervenir entre 2016 et 2018 dans l’Union Européenne.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 14 décembre 2014 à 09:28
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 17 Réponses à "Disparition annoncée des ampoules halogènes"

    • comment-avatar
      justin 16 décembre 2014 (7 h 46 min)

      espérons que les très écologiques nouvelles ampoules de remplacement ne seront pas programmées pour s’arrêter au bout de 2000 « clics », vendues toujours deux fois plus cher que les méchantes halogènes…je dis une bêtise,le marché est déjà quadrillé, les ententes et les monopoles déjà établis, on peut en terminer avec le dernier concurrent moins cher. Ah, la théorie du complot! Désolé, sur ce coup là des ampoules électriques, le complot est prouvé depuis qu’elles existent. Mais pour les ampoules, un peu de lumière sur le sujet, çà a l’air impossible. Merçi pour l’info, point positif de la mesure, il paraît que l’halogène c’est cancérigène.

    • comment-avatar
      Yoghourt 17 décembre 2014 (13 h 52 min)

      Bonjour,
      Non, la disparition du marché majeur des ampooules halogènes n’est pas pour demain. C’est juste de la poudre aux yeux.
      Les voitures à feux avant xénon ou LED restent l’exception. Facilement 90% des voitures sont en halogène pour les codes, phares, feux arrières. A raison de 6 ampoules halogènes par voiture, dont la durée de vie est de 24 mois en comptant large, et 37 millions de voitures en France, ça fait ~90 million d’ampoules halogènes consommées par an.
      Rappelez-moi le volume des ampoules halogène dans l’habitat?…
      Rassurez-vous, le lobbying fonctionne très bien aussi. La 2e monte xénon est très fortement découragée, et la 2e monte LED est bloquée de partout.

    • comment-avatar
      Yves ROUX 17 décembre 2014 (19 h 04 min)

      Nous connaissons désormais la puissance du lobby des ampoules qui dès les années 20 a conduit à limiter la durée de vie des ampoules à incandescence à 1000 voire 2000 h alors qu’elles auraient pu durer 25 fois plus longtemps.
      Certes les ampoules halogènes dissipent beaucoup d »énergie en chaleur, mais elles ECLAIRENT, ce pourquoi elles sont faites.
      Très déçu par les ampoules fluo-compactes que j’ai installées dans plusieurs points de ma maison parce qu’il faut les multiplier pour bénéficier du même éclairage qu’auparavant, sans parler de la « couleur » de la lumière…
      A l’heure ou Bruxelles abandonne un large part des projets écologiques, il est clair que la voie est ouverte au business pour, soi-disant, créer des emplois. Un vaste leurre vu les progrès de la robotisation dans les lignes de fabrication. Des marges supplémentaires, c’est tout !

    • comment-avatar
      Jicé60 17 décembre 2014 (22 h 26 min)

      Encore une mesure bidon, j’oserais dire: » ségolènesque ».
      Une lampe qui chauffe plus, c’est toujours çà de moins que devra générer le chauffage de votre habitation.
      Alors expliquez moi où est l’économie d’une LED ou d’une de ces S$#&%M£ de fluocompacte qui n’éclaire que dalle ?
      Surtout que c’est en hiver qu’on utilise le plus l’éclairage !
      CQFD, JCF

    • comment-avatar
      Arthur 18 décembre 2014 (11 h 14 min)

      Comme beaucoup, je m suis équipé d’ampoules flocompactes dès le début des années 2000. Le bilan est en effet très mitigé (aucune n’a tenu ses promesses commerciales de longévité), la qualité de l’éclairage et la vitesse d’allumage ont cependant fait de très nets progrès avec le temps (se méfier cependant comme de la peste des promo en têtes de gondole : c’est toujours du bas de gamme). Les LED ont également bien évolué ces tout derniers temps, notamment celles en culot GU 10 et leurs prix diminuent nettement, même si on est encore très très loin d’un prix raisonnable au regard de celui de revient. Elles ne contiennent pas de mercure, sont a priori plus légères donc moins tributaires des matières premières, leur bilan écologique me semble plus raisonnable. Je suis cependant preneur d’infos sur le sujet.
      Pour ma part, sauf à ce que je découvre qu’il y a un gros inconvénient avec les LED, je ne compte plus m’équiper qu’avec ces ampoules.

    • comment-avatar
      Theybe2 18 décembre 2014 (16 h 13 min)

      Une lampe qui chauffe plus, c’est toujours çà de moins en été, mais que devra générer le chauffage de votre habitation en hivers. de plus si vous avez des radiateur électrique qui eux n’éclairent pas…..
      Alors expliquez moi où est l’économie d’une LED ou d’une de ces S$#&%M£ de fluocompacte qui n’éclairent que dalle ?
      Surtout que c’est en hiver qu’on utilise le plus l’éclairage !
      J’ai un peu rectifié la rédaction pour que ceux qui n’avaient pas pu comprendre s’ajoutent à ceux qui pensent comme nous.
      Et pour dire c’est la première fois que je vois cette explication noir sur blanc.
      Bravo, tu as osé le dire, on nous roule, les ampoule qui consomment moins et qui en plus éclaire moins bien coûtent la peau du c…. , ont un impact négatif sur notre note de chauffage.
      Passez de bonnes fêtes

    • comment-avatar
      Theybe2 18 décembre 2014 (16 h 19 min)

      Rectification…………..
      Une lampe qui chauffe moins, c’est toujours çà de moins en été, mais que devra générer le chauffage de votre habitation en hivers, et si en plus vous avez des radiateur électrique c’est le pompon.
      Alors expliquez moi où est l’économie d’une LED ou d’une de ces S$#&%M£ de fluocompacte qui n’éclairent que dalle ?
      Surtout que c’est en hiver qu’on utilise le plus l’éclairage !
      Pour dire c’est la première fois que je vois cette explication noir sur blanc.
      Bravo, tu as osé le dire, on nous roule, les ampoule qui consomment moins et qui en plus éclaire moins bien et qui nous coûtent la peau du c…. , ont un impact négatif sur notre note de chauffage.
      Passez de bonnes fêtes

    • comment-avatar
      st123 20 décembre 2014 (15 h 20 min)

      Tout n’est pas économique. De plus les ampoules halogènes ou a filament contribuent au chauffage de l’habitation. Elles ne dégagent pas de champs électromagnétiques contrairement aux ampoules flou compactes, qui elles, en plus, libèrent du mercure en as de casse… Enfin il a été constaté des décollement de la rétine chez les enfants: ils sont à la hauteur des phares LED. Ces dernières ont unie incidence sur la mélanine, leur spectre étant dans le bleu.

      Donc faites vos provisions avant qu’il n’y en ai plus….

    • comment-avatar
      Marie-Françoise 20 décembre 2014 (18 h 35 min)

      Au nom de l’économie et de l’écologie, on sature le marché d’ampoules dites « à économie d’énergie, qui produisent des déchets ultimes, dont on ne sait déjà que faire, car il n’y a aucune solution pour s’ en débarrasser, (comme le nucléaire)
      Puis, quand le profit maximal aura été réalisé, on  » découvrira » tous leurs inconvénients, on les interdira, et on relancera d’autres usines, avec d’autre produits, pour d’autres profits colossaux

    • comment-avatar
      uneplacepourtous 21 décembre 2014 (19 h 19 min)

      Voir :
      Attention aux lampes à LED ! : aujourlejour
      aujourlejour.midiblogs.com/…/attention-aux-lampes-a-led.html‎

      Rappel sur la dangerosité des LED
      Ces LED sont très présentes dans notre environnement, surtout en cette période de l’année où les guirlandes sont omniprésentes.

      Ce rappel vient à la suite de la lecture de l’article suivant :

      Des jaunes de Van Gogh menacés par les ampoules LED.pdf

      Des jaunes de Van Gogh menacés par les ampoules LED

      http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/01/04/des-jaunes-de-van-gogh-menaces-par-les-ampoules-led_1812915_3246.html

      —————–
      Le Point.fr – Publiéle 25/10/2010 à 20:43 modifié le 26/10/2010 à 07:34

      MISE EN GARDE – « Certains éclairages à led sont dangereux » –

      http://www.lepoint.fr/sante/mise-en-garde-certains-eclairages-a-led-sont-dangereux-25-10-2010-1254243_40.php

      Certains types d’éclairage à led (diodes électroluminescentes) présentent un risque pour les yeux. C’est ce que révèle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans une expertise rendue publique lundi. Dominique Gombert, directeur de l’évaluation des risques de l’Anses, livre ses recommandations.

      Le Point.fr : En quoi ces types d’éclairage peuvent-ils être dangereux ?
      Dominique Gombert : Tout d’abord, ce système a la particularité de comporter une forte proportion de lumière bleue dans la lumière blanche émise. Cette lumière bleue a un effet toxique sur les cellules de la rétine. Les enfants sont d’ailleurs plus sensibles à ce risque que les adultes, dans la mesure où leur cristallin encore en formation n’assure pas la même filtration de la lumière bleue. Autre particularité de ces led : il s’agit d’un éclairage particulièrement intense, ce qui engendre un risque d’éblouissement. En somme, la conjugaison de ces deux phénomènes peut conduire à des risques sanitaires pour certaines ampoules à led commercialisées.

      Où trouve-t-on ces led ?
      En quelques mois, le nombre d’ampoules à led disponibles en grandes surfaces s’est fortement accru. Aujourd’hui, ce type d’ampoules a vocation à remplacer les éclairages classiques. En effet, l’ampoule à led représente l’éclairage du futur, car elle a une grande efficacité énergétique et qu’elle dispose d’une durée de vie importante (50.000 heures contre 1.000 heures pour l’éclairage classique) ! Sur la vingtaine d’ampoules évaluées, 30 % présentent un risque sanitaire.

      Quelles recommandations formulez-vous ?
      Tout d’abord, seules les ampoules à led qui appartiennent au groupe de risque 0 ou 1 doivent être accessibles au grand public. Les autres doivent être réservées à une utilisation professionnelle pour garantir une mise en oeuvre sans risque pour le public.
      Nous proposons aussi que les intensités d’éclairage des led soient limitées. Aujourd’hui, avec ces ampoules, on a des intensités d’éclairage 1.000 fois supérieures au seuil d’éblouissement !
      Il faut enfin se diriger vers un étiquetage pour une meilleure information des consommateurs. Le grand public doit savoir à quel type d’ampoule il peut se référer pour s’équiper !

      —————–

      voir :
      Effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes (LED)- Anses …
      http://www.afsset.fr/index.php?pageid=2248&parentid=523

      et aussi :
      26/10/2010 – Diodes électroluminescentes (LED) : vos réponses aux questions les plus posées

      Page 1 sur 2

      LED – Questions pratiques

      1. D’où proviennent les risques?
      La plupart des diodes actuellement mises sur le marché à des fins d’éclairage sont caractérisées par
      une grande proportion de bleu dans la lumière blanche émise. Elles peuvent par ailleurs avoir une
      très forte intensité lumineuse. Les principaux risques identifiés par l’Agence concernent l’œil : effet
      toxique de la lumière bleue et risque d’éblouissement.
      2. Quels sont exactement les risques pour moi ? pour mes enfants ?
      Etre exposé de manière répétée, sur le long terme et à courte distance du faisceau lumineux de LED à
      forte composante bleue augmente le risque de cataracte et de lésions maculaires (zone centrale de la rétine).
      Les enfants sont plus sensibles à ce risque dans la mesure où leur cristallin est en développement et ne peut assurer pleinement son rôle de filtre protecteur pour la rétine.
      3. Y-a t-il des risques spécifiques pour les personnes présentant des pathologies oculaires ?
      Les personnes présentant des déficiences au niveau du pigment maculaire sont naturellement moins
      bien protégées contre l’agression de l’œil liée à la lumière bleue.
      Les personnes ne possédant pas de cristallin ou possédant un cristallin artificiel sont elles aussi moins
      bien protégées contre la lumière bleue, le cristallin jouant un rôle de filtre protecteur de la lumière.
      4. Ma télévision à diodes électroluminescentes (LED) est-elle dangereuse ?
      Les TV à LED utilisent une technologie d’éclairage indirect (rétroéclairage à LED), avec des luminances très faibles (une centaine de candela/m2), elles ne sont donc pas concernées par les risques mis en avant dans l’avis de l’Anses.
      5. Parmi les produits testés, lesquels précisément sont dangereux ?
      Différents essais ont été réalisés pour évaluer les risques de ces nouveaux éclairages au regard de la
      norme européenne de sécurité photobiologique. L’objectif a été de situer les LED par rapport aux
      autres types de lampes.
      Une vingtaine de produits a été testé: des LED ou assemblages de LED nues en caractérisant
      séparément des LED bleu roi, des LED blanc froid, des LED blanc neutre et des LED blanc chaud. Des
      lampes à LED intégrées dans des luminaires ont également été évaluées.

      26.10.10

      Page 2 sur 2

      Il ressort de ces essais que de manière générale il est préférable de privilégier les systèmes
      d’éclairage à LED blanc chaud à faible « intensité lumineuse » et d’éviter les systèmes d’éclairage à
      LED où une vision directe du faisceau émis est possible, afin de prévenir l’éblouissement. Finalement
      si on possède déjà des éclairages à LED, un éclairage indirect est à privilégier.
      6. A quel point sommes nous déjà exposés aux LED (rétro-éclairage des écrans, TV à LED)
      Les LED sont aujourd’hui déjà très répandues dans de nombreuses applications d’éclairage, de
      signalisation de balisage, mais aussi pour les écrans de type TV. Les produits que nous avons
      identifiés comme pouvant être problématiques sont des LED ou des assemblages de LED utilisés pour
      l’éclairage, il s’agit de produits présentant une forte proportion de lumière bleue et une forte
      luminance.
      7. J’ai acheté une ampoule / un luminaire avec des LED ? Quelles précautions faut-il que je
      prenne pour m’en protéger ?
      Si vous possédez déjà des dispositifs d’éclairage utilisant des LED, privilégiez un éclairage indirect.
      Pour éviter tout risque, notamment en présence des enfants, il est préférable de privilégier les
      systèmes d’éclairage à LED blanc chaud à faible « intensité lumineuse » et d’éviter les systèmes
      d’éclairage à LED où une vision directe du faisceau émis est possible, afin de prévenir
      l’éblouissement.
      8. Les ampoules à incandescence sont interdites, les LED sont dangereuses, qu’est ce qu’il me
      reste pour m’éclairer ?
      Les LED sont une technologie prometteuse, pleine d’avenir qui doit encore arriver à maturité pour
      leur usage en tant que dispositif d’éclairage. Du point de vue de la réglementation et de la
      normalisation, des ajustements doivent encore être fait notamment pour s’adapter aux spécificités
      de ces produits. Cependant certains éclairages utilisant les LED (LED blanc chaud à faible luminance)
      ne présentent pas de risque et peuvent être utilisés pour l’éclairage domestique. Le consommateur
      peut également utiliser des ampoules fluorescentes (type tube Néon, lampe basse consommation).

      Retrouvez le dossier complet sur http://www.anses.fr

    • comment-avatar
      uneplacepourtous 21 décembre 2014 (19 h 21 min)

      Et encore :

      http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4445

      30-10-2010 – Lampes à LED : alerte sur un risque potentiel pour la vue

      Si ce n’est un déficit de luminosité encore à améliorer, les lampes à LED cumulent les avantages, notamment face aux ampoules à basse consommation actuelles, très perfectibles dans leur confort d’utilisation, fiabilité et composition (mercure, etc.).

      Néanmoins, cette semaine l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) a présenté un rapport à charge sur certaines lampes à LED considérées comme dangereuses pour la vue en étant une cause d’usure prématurée de la rétine.

      Certaines lampes à LED se caractérisent en effet par une grande proportion de bleu dans la lumière blanche qu’elles émettent et par leur intensité lumineuse très directive. Or, selon l’ANSES, cette composante bleue est une source de « stress toxique » pour la rétine externe, avec des risques de dommages photochimiques dont l’effet apparaîtrait de façon retardée, notamment chez les enfants.

      En outre, l’agence souligne le risque d’éblouissement de certaines lampes, très directives, visuellement gênantes quelle que soit leur position dans le champ visuel. Le niveau de rayonnement direct peut ainsi largement dépasser le niveau d’inconfort visuel, bien plus qu’avec les éclairages dits classiques. Notons toutefois que la plupart des professionnels n’occultent pas ce « problème », et mentionnent sur l’étiquetage la nécessité de ne pas regarder directement le flux lumineux de ces LED (*). Cela dit pour éviter tout risque d’éblouissement, on trouve maintenant des LED à verre dépoli, entre autre.

      Face à ce constat, l’ANSES reconnaît qu’il est néanmoins difficile de définir les produits inquiétants, les normes de sécurité existantes ne permettant pas d’évaluer efficacement les risques liés aux LED. De même, les modèles scientifiques actuels sont inopérants quant à l’évaluation de la dégénérescence de la rétine, potentiellement causée par la proportion de bleu dans certaines LED.

      En conséquence, l’alerte lancée par l’agence résonne plus comme une légitime application du principe de précaution et une incitation des fabricants et autres intégrateurs d’éclairage à LED pour :
      – concevoir des systèmes ne permettant pas une vision directe du faisceau émis par les LED (verre dépoli, etc.);
      – prendre en compte l’usure des couches de phosphore des LED blanches, qui pourrait conduire à terme à une grande proportion de bleu;
      – évaluer et réglementer l’utilisation des LED.

      Pascal Farcy

      1- Les lampes à DEL (diode électroluminescente), plus connue sous l’anglicisme LED (Light-Emitting Diode), reposent sur un composant électronique capable d’émettre de la lumière lorsqu’il est parcouru par un courant électrique. Utilisées depuis environ quarante ans pour des applications de signalisation, les LED se sont vues très récemment ouvrir le marché de l’éclairage grand public par la spectaculaire augmentation de leur puissance. Par rapport à une ampoule basse consommation, les LED consomment 5 fois moins d’énergie et durent 4 fois plus longtemps, le tout avec une fiabilité réelle. Son allumage est instantané et puissance lumineuse maximale immédiatement disponible. En outre, elle ne comporte pas de mercure, ce qui la rend plus facilement recyclable et moins nocive pour la santé et l’environnement. Enfin, elle ne dégage aucune émission de rayonnements UV ou d’ondes électromagnétiques, à l’inverse des lampes basse consommation.

    • comment-avatar
      paul 21 décembre 2014 (23 h 25 min)

      J’ai équipé toute ma maison en ampoules à LED blanc chaud ( 3000 K) en raison des lésions possibles sur les yeux des enfants.
      Je les ai commandées en Chine directement, de toute façon elles en proviennent quasi toutes) où elles ne coûtent pas plus que des halogènes, avec globes opalescents pour une meilleure diffusion et moins de risques oculaires qu’avec des spots froids trop proches du bleu.
      Les fluocompactes sont pour moi une arnaque : 6 ou 8000 heures alors qu’elles peuvent durer 100.000 heures, un prix exorbitant, des éclairages médiocres, et une intox au mercure, puissant neurotoxique (merci Alzheimer et altération du développement du cerveau des mômes), en cas de casse.

    • comment-avatar
      royon 22 décembre 2014 (19 h 10 min)

      Un jour-je veux le croire », les oubliés de la planète se vengeront et créeront un nouvel ordre basé sur TOUT, sauf le FRIC.
      Je ne serais pas là pour y participer, mais j’y crois. C’est pas possible que ce que nous subissons continue encore pendant des décénies.

    • comment-avatar
      royon 22 décembre 2014 (19 h 18 min)

      rien a voir avec les ampoules ???
      Pas si sur !!! les bidouilleurs des ampoules sont les memes que tous ceux qui bidouillent la télé, notre bouffe,

    • comment-avatar
      Vladimir 24 décembre 2014 (16 h 56 min)

      Grosse réaction sur cet article, je constate que je ne suis pas le seul à râler. Pour ma part, je suis en train de revenir des fluocompactes : la lumière est moche, le bruit électromagnétique n’est jamais évoqué… Mais avant tout, c’est la lumière qui est moche, les halogènes sont tellement plus reposantes…

    • comment-avatar
      Saltel Christian 24 décembre 2014 (17 h 54 min)

      mille fois d’accord avec Marie-Christine Duval. Les électeurs français ont toujours favorisé les défenseurs du capitalisme, celui qui nous a enfermé dans cette nasse où nous nous trouvons. Obligés de consommer ce qu’ils veulent, au détriment de notre santé, surtout si l’on n’a pas beaucoup de moyens, surtout si l’on est dans la survie et non dans la vie. La survie qu’Ils nous imposent. Acheter des lampes électriques chères car il n’y a plus rien d’autres est un exemple de la situation captive dans laquelle nous nous trouvons. Ce sont les grandes entreprises multinationales qui commandent, imposent et commandent au pouvoir politique que nous avons mis en place en votant avec nos pieds, pas pour » l’humain d’abord » mais pour les dividendes avant tout. L’humain d’abord, avec le front de gauche mais aussi avec tous ceux qui veulent se battre pour un VRAI changement, c’est lutter contre cette fausse écologie des grands groupes internationaux, contre le TAFTA, accord qui leur donnera le pouvoir total sur les Etats, et se réfèreront à la loi de tribunaux privés!!!

    • comment-avatar
      philaca 24 décembre 2014 (19 h 34 min)

      Belle foutaise, en vérité, que ces lampes à led, 4 à 6 fois plus chère que celles à incandescence, calibrées en « Lumen » plutôt qu’en bons Watt du siècle dernier !
      Mais rassurez-vous, messieurs et mesdames d’Univers Nature, et vous tous qui commentez leurs proses édifiantes, l’incandescence à baïonnette fait de la résistance, on en trouve encore dans les commerces de proximité ce qui évite pour quelques temps encore les coûteux changements de support (lustres, appliques, lampes en tous genre)sans que la consommation générale atteigne les sommets de dépenses énergétiques, tant montrés du doigt pour nous faire croire qu’il est urgent de changer pour réaliser de réelles économies !…
      Ayons de vrais gestes responsables : éteignons la lumière en quittant une pièce, évitons tout usage superflu d’énergie, consommons ce dont nous avons vraiment besoin et pas plus,choisissons une 60W plutôt qu’une 75 ou une 100, avant de consentir à l’emploi de matériels d’éclairage plus chers à l’achat que le service qu’ils sont censés rendre, soit disant bien mieux que le matériel qu’ils remplacent.
      Ça, c’est de l’économie réaliste !

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.