Au secours ! des vers de terre font du compost au fond des toilettes

[caption id="attachment_793" align="aligncenter" width="718"] vers de terre : compost[/caption] 120. 300. Et même jusqu'à 500 individus. C'est le nombre de vers de terre que l'on peut trouver dans un mètre cube de terre. L'évolution de leur population se fait selon les saisons (florissantes au printemps et en automne avec des sols humides, rares en été et en hiver, à cause des sols secs) et selon la qualité des sols. Encore plus fort : sur un hectare de bonne terre, de 2 à 3 tonnes de vers de terre peuvent grouiller sous nos pieds, sans même que l'on ne soupçonne leur présence. Ces curieux habitants de nos jardins sont non seulement utile à leur bonne tenue, mais aussi et surtout indispensables : en ingérant des tonnes de terre, ils permettent une meilleure aération des sols, favorisent la pénétration des eaux de pluie et la croissance des racines, et leurs déjections font un excellent compost pour toutes les plantes alentours. Le pouvoir digestif des lombrics est déjà exploité par l'homme : avez-vous entendu parler des lombricomposteurs ? Imaginez un bac à compost parfaitement hermétique dissimulé dans un meuble de votre cuisine. A l'intérieur, des dizaines de vers de terre qui se nourrissent des déchets organiques que vous leurs donnez. Epluchures et autres restes de repas se transformeront en quelques semaines en un compost parfaitement naturel et efficace pour votre potager. De l'autre côté de l'Atlantique, des Canadiens (des Québécois, même) se sont faits expédier quelques centaines de grammes de vers de terre français qu'ils ont déversé dans des toilettes sèches d'un nouveau genre. Recouverts d'une fine couche de fumier, les vers de terre font leur sinistre office à une cadence infernale. Ames sensibles, s'abstenir, voici venir le fonctionnement de l'engin : après que l'utilisateur a fait tout ce qu'il avait à faire dans les toilettes, un tapis roulant au fond de la cuvette est actionné. L'urine est emportée, pour passer à travers un filtre de sable et être évacuée. Les matières fécales, elles, restent et servent de banquet à notre armée de vers de terre qui se chargeront de les transformer en terreau. Dit comme ça, on comprend les réticences d'éventuels utilisateurs. Le fabricant de la cabine tient cependant à rassurer puisque non seulement il n'y a (évidemment) aucun contact entre les habitants rampants des toilettes et l'utilisateur humain, mais en plus l'installation est conçue de telle sorte qu'il n'y a aucune odeur désagréable, grâce à un courant d'air naturel allant du haut de la cabine vers le bas et le conduit d'évacuation. Ces toilettes sont conçues pour "accueillir" 10 000 utilisateurs par an, sans aucune intervention humaine, permettant d'économiser à chaque fois entre 3 et 6 litres d'eau, absence de chasse oblige. Pour s'équiper d'une telle cabine, il faut cependant compter 40 000 dollars. Un prix appeler à baisser au fur et à mesure de la démocratisation de la pratique. Prêts à tenter le coup ?
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 novembre 2012 à 08:00
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 4 Réponses à "Au secours ! des vers de terre font du compost au fond des toilettes"

    • comment-avatar
      J.Ph. ROSELLO 24 avril 2014 (23 h 10 min)

      40 000 $ pour un tapis roulant, un filtre à sable et une ventilateur, ça s’appelle du f… de g… ! En fait c’est plutôt destiné à un usage public car 10 000 utilisateurs par an, ça fait 30 utilisations par jour.

    • comment-avatar
      Lefebvre 28 avril 2014 (12 h 52 min)

      Bon sang, je ne me rappelle pas que mon grand père ait payé cette somme pour la planche percée qu’il avait posée dans la cabane au fond du jardin.
      C’est vrai qu’il n’y avait pas de tapis roulant, et que la fosse était vidée une fois par an, pour le repiquage des ognacées.

      Note: En Europe, la législation impose que l’assainissement soit collectif.

    • comment-avatar
      philippe 15 juin 2014 (15 h 39 min)

      Depuis 4 ans je fait fonctionner un lombricomposteur. essayez voir d’en mettre un dans votre cuisine, vous, me direz ce que vous faites des petites odeurs(aérobie oblige), et le purin( appelé thé de vers) bien coulant, il va où?
      et alors surtout pas de reste de repas cuit, sinon ça sent encore plus fort puisque ça moisi.
      vous dites « A l’intérieur, des dizaines de vers de terre « , eh attention les lombrics ne sont pas des vers de terre, ils n’y vivraient pas, mais des vers de compost.
      bon y’aurait trop à dire….
      philippe

    • comment-avatar
      Roop 13 juin 2015 (0 h 59 min)

      Tre8s bien! mais avec une femme enceinte et des enftans dans la maison, ne pas oublier les de9tecteurs de monoxyde de carbone! Attention e0 la combustion incomple8te. Un peu rabat joie, mais bon, pour avoir assure9 la veille sanitaires des intoxications au CO pendant 1 hiver, je me me9fie un peu des poeales e0 bois…

    Répondre à philippe Cancel reply

    Votre courriel ne sera pas affiché.