De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s’occuper ?

Environnement

L'une est menacée de disparition, l'autre se retrouve entassée avec 100 000 autres congénères dans un hangar. Face à la multitude des urgences, faut-il placer des priorités dans nos réflexions, à savoir : est-il plus important de préserver les espèces au nom de la biodiversité, ou de mettre fin aux souffrances animales causées par l'Homme ?

L'un n'empêche pas l'autre, me direz-vous, alors pourquoi sentons-nous une certaine division entre les naturalistes d'un côté, et les protecteurs des animaux de l'autre ?

Révolte et passion pour le monde animal

De très nombreuses associations de protection animale sont spécialisées pour une cause très précise et correspondant à une vision très imagée de la souffrance animale : pour l’une, ce sera le combat pour l’abolition du foie gras ou de la corrida (sadisme, agonie...), pour l’autre, celui pour promouvoir des cirques sans animaux (enfermement, esclavage...) ou encore pour l’interdiction de l’expérimentation animale (stress, torture...).
D’autres associations de terrain s’attachent plus particulièrement à soigner les animaux blessés ou à accueillir dans les refuges des animaux abandonnés ou maltraités.

Il en va, pour toutes ces associations, de la protection de l'animal en tant qu'individu, avec une motivation généralement basée sur la révolte face à une souffrance considérée comme injuste.

Parallèlement à ces combats, d'autres auront une conception plus naturaliste et se mobiliseront pour pérenniser des espèces protégées dans un souci de biodiversité. Là encore, c'est l'imaginaire qui va souvent orienter l'engouement pour tel ou tel animal : ainsi les baleines, les dauphins, ou encore de nombreux oiseaux, vont-ils bénéficier d'une bonne image et provoquer l'empathie. Parallèlement, le thon rouge, aussi protégé soit-il en tant qu'espèce, est avant tout considéré en tant que « stock » de nourriture, et la souffrance du poisson que l'on pêche ne mobilise guère les foules.

Ces amoureux de la nature sont, pour la plupart, animés par une passion et une fascination pour ces espèces, et c'est tout naturellement qu'ils souhaitent protéger ces êtres qu'ils admirent.

Une même solidarité ?

Protecteurs des animaux et défenseurs de « la faune » ne doivent pas se sentir opposés. Il n’y a pas les bons protecteurs d’un côté et les mauvais de l’autre, il n’y a pas les « radicaux » d’un côté et les « modérés » de l’autre. Il y a des personnes qui, en fonction de leur sensibilité, de leur expérience, s’orienteront vers tel ou tel aspect de la cause animale, vers telle spécialisation ou vers telle généralité. Tous sont les composantes d'une même solidarité pour le monde animal, les premiers s'attachant à défendre l'animal exploité par l'homme, les seconds tentant de préserver les animaux libres de l'expansion humaine.

Une Terre
pour
tous

Enfin, faut-il toujours garder à l'esprit qu'un troisième aspect du monde animal nécessite d'être défendu avec autant d'énergie, c'est la notion de « lieux de vie », ou habitats, afin que ces animaux que nous défendons puissent trouver refuge dans un espace qui corresponde à leurs besoins.

Chaque année l’urbanisation, l’industrialisation et l’infrastructure des transports suppriment et fragmentent des millions d’hectares de terres cultivables et d’espaces naturels aux dépens des lieux de vie des espèces animales.




Pour votre publicité ici
contactez-nous

A la Une de l'actualité

Face à cette injustice, la Protection Animale doit rester unie et complémentaire, pour défendre le Vivant dans son ensemble, réconciliant l'être sensible humain avec l'être sensible non humain, tous se partageant un même lieu de vie qu'est la Terre.

Extrait d'un article paru dans le magazine Regard Animal n°3, édition janvier-février 2011, De l'individu aux lieux de vie, par Julie Lescieux et Jean-Claude Hubert.

Regard Animal s'attache à à défendre ces trois aspects du monde animal : l'animal en tant qu'individu, en tant qu'espèce, et en tant que co-habitant d'une Terre à respecter.


Depuis mai 2011, Regard Animal est devenu un cahier internet de VegMag. Retrouvez dans le magazine des réflexions positives sur la condition animale, la présentation d'initiatives solidaires, et l'actualité du monde associatif.

Découvrez sur le site vegmag.fr, l'agenda 2011 de tous les évènements écologiques et éthiques autour des animaux, de la Journée sans fourrure au Noël des animaux !

Les articles les plus lus

Pas de commentaire à "De qui, la chauve-souris ou la poule, faut-il s'occuper ? "

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.