Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature

[caption id="attachment_63280" align="alignnone" width="735"] biomimétisme[/caption] La nature suscite depuis toujours l’intérêt des scientifiques du fait de ses fonctionnements intelligents, de ses nombreuses richesses et propriétés.  Déjà,  Léonard de Vinci s’inspirait des ailes des oiseaux pour tenter de créer une machine volante...Le concept ouvre aujourd’hui la voie à de belles promesses en terme de technologiques durables. Les atouts de la nature Le biomimétisme, défini par Janine Benyus en 1997, auteur du livre : « Biomimétisme : quand la nature inspire des innovations durables », sorti en 2010, est une démarche d’innovation, qui propose d’adapter des principes et stratégies élaborés par les organismes vivants et les écosystèmes, afin de produire des biens et des services de manière durable. Au cœur de ce concept, c’est bien l’imitation qui prime : « le principe du biomimétisme est d’étudier les œuvres de la nature (…) puis de reproduire ces schémas et procédés de fabrication pour résoudre un certain nombre de nos problèmes quotidiens.» Dans son ouvrage, Janine Benyus rappelle les principales forces de la nature : La nature fonctionne à l’énergie solaire, la nature n’utilise que l’énergie dont elle a besoin, la nature adapte la forme à la fonction, la nature recycle tout, la nature récompense la coopération, la nature parie sur la diversité, la nature valorise l’expertise locale, la nature limite les excès de l’intérieur, la nature transforme les limites en opportunités. Des grands principes qui soulignent bien la richesse de la faune et de la flore et qui invitent à de nouvelles solutions. Des applications dans l’éco-habitat et l’énergie Ainsi,  la nature a notamment inspiré de nouveaux matériaux intelligents. C’est à partir de l’observation de certaines propriétés de la pomme de pin – qui sait s’adapter aux fluctuations de température – que l’entreprise suisse Schoeller a élaboré un textile isolant thermique qui est déjà sur le marché avec des applications dans le monde du sport. Le Velcro tire son principe des minuscules crochets présents sur le fruit de bardane. Certains types d'éco-habitat reprennent les principes des termitières soit la partie aérienne du nid des nombreuses espèces de termites dont une des caractéristiques est une ventilation passive et le maintien d'une température et hygrométrie optimales. De cette façon, l'Eastgate building à Harare au Zimbabwe en reprend les principes dans sa conception. Résultat : 35 % d’économies d’énergie par rapport à un bâtiment similaire et une réduction des coûts d’exploitation, engendrant une réduction des loyers de près de 20 %. Dans la même veine, l’entreprise canadienne WhalePower, développe des éoliennes qui reproduisent les cannelures des baleines (facilitant l'écoulement de l'eau pendant la nage), ce qui permettrait un gain énergétique allant jusqu'à 20 %. Dernier exemple : les yeux des papillons de nuit, composés de micro bosses inspirent les chercheurs pour booster la performance des panneaux photovoltaïques et ainsi relever l'un des défis du solaire photovoltaïque : contrer la propriété réflective du silicium, qui oblige les fabricants à appliquer des revêtements anti-reflets coûteux.
Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 15 mars 2013 à 10:49
73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
Les derniers articles de l'auteur :
  • Scénario Négawatt : les principales propositions pour le bâtiment
  • Rénovation thermique : le point pour les copropriétés
  • Les bénéfices de la rénovation par l’isolation
  • 1 réponse à "Le biomimétisme : les innovations de demain s’inspirent de la nature"

    Répondre à olivier Cancel reply

    Votre courriel ne sera pas affiché.