Cet été, n’oubliez pas le paillage

Le paillage est une technique qui consiste à couvrir le sol avec différents matériaux d'origine végétale. Par cette couverture, la température du sol varie moins, la terre est protégée de l'assèchement, du froid et du vent, tandis que les mauvaises herbes s'y développent nettement moins vite. Enfin, en se décomposant progressivement, le paillage enrichit la terre. Au final, les plantations sont plus vigoureuses et se développent plus facilement, tandis que vous avez moins de travail (arrosage et désherbage en nette baisse). Mis à part les herbes indésirables arrachées, globalement tous les végétaux peuvent servir de paillage. L'épaisseur minimale doit être de deux à trois centimètres, pour une dizaine de centimètres au maximum, selon les matériaux utilisés. Exception faite des paillages issus de résineux (écorce, etc.), qui acidifient le sol, quasiment tous les matériaux sont utilisables comme paillage. Parmi les plus intéressants, on peut retenir les paillettes de lin, les feuilles mortes saines, les coquilles de fèves de cacao, le mulch (mélange de fibres et d'écorces variées), les fibres de coco, les copeaux de bois, la sciure, la fibre de bois, etc. A cette liste, on peut ajouter les tontes de gazon dont on ne sait souvent que faire. Le mieux est de les laisser sécher une à deux journées avant de les épandre en une fine couche de deux centimètres que l'on pourra renforcer au fur et à mesure des tontes, si nécessaire. Néanmoins, si cette solution est de loin la plus économique, le paillage le plus efficace est probablement celui à base de paillettes de lin, également en deux à trois centimètres d'épaisseur. Une fois en place, il dure quasiment toute la saison.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 juillet 2014 à 07:00
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 10 Réponses à "Cet été, n’oubliez pas le paillage"

    • comment-avatar
      Françoise 2 juillet 2014 (23 h 28 min)

      Bonjour, je n’ai pas de gazon, mais je tonds un pré sauvage dont une partie est déjà en graines.
      Est-ce que c’est bien de la mettre quand même comme paillage, ou bien cela va-t-il semer des mauvaises herbes dans mon potager ?
      Merci d’avance

    • comment-avatar
      sisinni 3 juillet 2014 (13 h 28 min)

      Vous annoncez les coquilles de fèves de cacao. Combien ça coûte en bilan carbone de faire venir ça de si loin?

    • comment-avatar
      Dasimo 3 juillet 2014 (18 h 00 min)

      ça va semer des mauvaises herbes dans ton potager!!!

    • comment-avatar
      Nzolasani 3 juillet 2014 (19 h 08 min)

      Celle-ci est une bonne technique qui tout en gardant l’humidité du sol, produit l’humus qui enrichit la terre. Cependant, il est regrettable de constater que dans plusieurs pays africains, comme le mien, la République Démocratique du CONGO, l’Etat encourage encore le feu de brousse. Toute l’herbe est brûlée, et dès la première pluie, toute la très petite couche de cendre couvrant le sol est balayée, laissant le sol complètement nu et pauvre en matières organiques pouvant nourrir les plantes (cultures). Cela a fait que le rendement du sol a baissé de plus de la moitié depuis les années 70. Nous espérons qu’il y aura des mesures d’encadrement de la population pour l’amener à protéger la terre, en évitant le feu de brousse.

    • comment-avatar
      etiam 3 juillet 2014 (23 h 26 min)

      si les graines sont viables ( mures ) ça va faire un beau semis !

    • comment-avatar
      POPOF 5 juillet 2014 (18 h 26 min)

      Avez vous la preuve que les résineux utilisés en paillage acidifient le sol ?
      J’en utilise depuis des années, notamment les « pires », les tailles de haie de thuya. Résultat : aucun problème, la terre est belle et les plantes poussent très bien. Les forestiers disent qu’il faut 80 ans pour abaisser le pH d’une unité. On a le temps de voir venir et, surtout, le compost et la cendre permettent de lutter contre l’acidification.
      Alors pourquoi faire peur avec les résineux. Cela aboutit à ce que les gens jettent massivement leurs déchets en déchèterie.
      Il y a un très bon livre la dessus : Composts et paillis, aux éditions Terre Vivante.

    • comment-avatar
      Jicé 60 6 juillet 2014 (6 h 00 min)

      Il n’y a pas de  » mauvaises herbes  » il n’y a que de piètres jardiniers…
      ( m’enfin le chiendent et le liseron je m’en passerai bien…)

    • comment-avatar
      joel 7 juillet 2014 (9 h 21 min)

      … Heu, pourquoi recouvrir le sol avec des végétaux morts, alors qu’on peut le recouvrir avec des végétaux vivants, que l’on peut manger, qui protègent mieux le sol, qui n’abritent pas les limaces et qui « aident » les salades et autres plantes à pousser en dégageant de la rosée le soir ?

      Oxalis, fumeterre, pissenlit, mâche, font très bien le travail de « chiens de garde », en attendant le prochain semis.

      Franchement je ne comprends pas toute cette pub avec le paillage et les BRF… Alors qu’il suffit de laisser faire la nature (et de privilégier les plantes envahissantes dont on peut facilement se débarasser).

    • comment-avatar
      ENTIOPE 11 avril 2015 (22 h 37 min)

      Bonjour,
      quand je suis absente le week-end en revenant le lundi , je trouve toutes mes plantes fanées même si je les arrose avant de m’en aller:à signaler que j’habite dans un DOM. Que me conseiller vous,?

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.