Vous rénovez votre façade ? ! Et si vous optiez pour un bardage !

[caption id="attachment_67222" align="alignnone" width="730"] A gauche, bardage en bois non teinté, à droite angle de maison avec d'un côté du crépi et de l'autre un bardage lasuré[/caption] Constitué de lames en bois massif ou en composites disposées horizontalement ou verticalement sur des tasseaux, le bardage est de plus en plus utilisé depuis quelques années, en revêtement de façades d’habitats anciens ou contemporains (pierre, brique ou parpaing). S’il est la solution logique pour une construction en ossature bois, dans le cas d’une maison traditionnelle ou d’un pavillon en parpaings il est généralement retenu pour son apparence "chaleureuse", pour masquer une isolation des murs par l’extérieur ou protéger la façade la plus exposée aux intempéries. Les solutions les plus naturelles reposent sur des lames en bois massif (sapin, épicéa, mélèze, douglas, châtaignier, etc.). Si quelques essences peuvent être posées sans traitement, leur tarif est hélas à la hauteur de leur performance, à savoir élevé. Face à ces essences, des bois moins nobles et naturellement moins résistants sont proposés avec le renfort de traitements, pour leur assurer une durabilité satisfaisante (environ vingt ans). En la matière, le bois thermochauffé, à emboîtement et sans finition s’affiche comme le summum. Ce type de bardage, avec un unique traitement thermique de base, offre une durée de vie supérieure à 25 ans, sans entretien. Comme tous les bardages en bois, en l’espace de quelques mois, sa blondeur actuelle, qui trahit une pose récente, évoluera vers un gris plus ou moins argenté. Si ces bois peuvent être colorés via l’utilisation d’une lasure, il est bon de savoir qu’aucun film (lasure, peinture, etc.) n’est éternel. Un entretien sera alors nécessaire… Face à ces lames en bois massif, les industriels proposent une importante gamme de bardages composites à base de bois ou issus de l’industrie pétrochimique. Les plus usités sont fabriqués à partir de particules de bois recyclées, mélangées à des résines polymères pour la résistance et une relative étanchéité. Esthétiquement, le toucher peut être proche du bois massif, ou lisse, brossé, veiné, teinté dans la masse ou peint. Plus récemment, des panneaux bois-ciment sont apparus, évitant l’emploi de substances chimiques. Leur esthétique est plus moderne, avec une finition type ciment, pouvant être teintée. De manière générale, ces composites se présentent sous forme de planches de bardage ou de panneaux pour des façades plus modernes. Ecologiquement, ils sont tous moins intéressants que le bois massif, mais ils permettent une plus grande diversité architecturale et, dans le cas de façades peintes, un moindre entretien.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 26 avril 2015 à 12:00
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 4 Réponses à "Vous rénovez votre façade ? ! Et si vous optiez pour un bardage !"

    • comment-avatar
      J.Claude 29 avril 2015 (14 h 43 min)

      Les modes assurent le changement mais ce n’est pas la bonne formule que d’utiliser le bois pour rénover une façade qui reste d’un entretien quasi régulier pour lui conserver son bel éclat. Même les bois traités ont une limite de résistance aux intempéries et aux UV. Lasuré ou peint, le bois nécessite une maintenance annuelle, qu’il soit exotique ou du Pays. J’en sais quelque chose car je suis issu du milieu marin où les vernis ou autre bicomposant ont besoin d’être entretenu régulièrement. Pour moi, sur une maison, seule la pierre ou la brique se conserve bien plus longtemps que les classiques crépis ou autres revêtements modernes. Reste le bardage composite qui aurait une meilleure tenue dans le temps puisqu’il est imputrescible.

      J.Claude

    • comment-avatar
      guyD 30 avril 2015 (11 h 52 min)

      Il y a donc un espace vide même minime entre le mur et ce revêtement. Cela a des avantages thermiques mais peut être aussi des inconvénients ? Des insectes araignées et autres peuvent s’y loger, parfois des petits animaux fouines et autres. Il est bon de citer aussi les inconvénients.

    • comment-avatar
      René 30 avril 2015 (15 h 19 min)

      Il suffit de poser une moustiquaire et grille anti-rongeur à l’entrée et sortie de la lame d’air. De plus le mur de brique peut servir de protection de l’isolant ext.

    • comment-avatar
      hyperpotame 5 mai 2015 (17 h 49 min)

      Le tavaillon montre de nombreux cas de résistance de plus de 100 ans. Mais comme pour le tavaillon il faut savoir poser tout bardage (souvent épicea) en disposant verticalement le veinage (l’eau glisse le long des veines de cellulose).

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.