The Brando, hôtel écolo de luxe

"Un tramway nommé Désir", "L'équipée sauvage", "Le parrain", "Apocalypse now"… Et la liste pourrait encore se poursuivre un long moment. Vous avez déjà trouvé le point commun à tous ces films : Marlon Brando y tenait le rôle principal. Le comédien, disparu en 2004 à l'âge de 80 ans, continue pourtant de faire parler de lui avec l'ouverture d'un hôtel écologique qui porte désormais son nom, sur l'atoll de Tetiaroa en Polynésie Française. Le double vainqueur de l'Oscar du meilleur acteur s'était en effet porté acquéreur de l'atoll en 1966, après être tombé amoureux de la Polynésie pendant le tournage des Révoltés du Bounty, et y avait ouvert un hôtel quatre ans plus tard. Depuis quelques années, un opérateur hôtelier qui a négocié avec les héritiers un bail de 99 ans, s'est donné pour mission de rouvrir cet hôtel, tout en respectant la volonté de Marlon Brando de préserver l'environnement exceptionnel de l'endroit. Première priorité du nouvel hôtel : une capacité d'accueil limitée à 70 clients, répartis dans 35 villas, avec 170 employés à leur service. Seconde priorité : s'affranchir des énergies fossiles. Ainsi, pas une goutte de pétrole n'est utilisée dans l'hôtel "The Brando". Les traditionnels groupes électrogènes utilisés généralement dans les établissements insulaires sont remplacés par une centrale de panneaux solaires disposés le long de la piste d'atterrissage qui accueille clients et employés. Electricité, éclairage, et énergie nécessaire au dessalement de l'eau de mer sont ainsi toutes d'origine renouvelable. Selon les responsables du lieu, ce sont ainsi quelques 2,5 millions de litres de carburant qui sont économisés chaque année. Et si le soleil devait disparaître plusieurs jours, l'île est tout de même équipée d'un groupe électrogène de secours, mais celui-ci ne fonctionne qu'à l'huile de coco, un biocarburant local. Mais la vraie innovation de l'hôtel, c'est sa climatisation et son système SWAC, ou "Sea water air conditionning". Il s'agit de pomper de l'eau dans les grands fonds, où elle affiche une température de 4 degrés, et, grâce à un échangeur thermique, de lui faire refroidir le circuit d'eau fermé qui sillonne l'hôtel, rafraichit l'air intérieur, et remplace la climatisation traditionnelle. Bien sûr, tout ce confort se paye, et si vous voulez en profiter, il vous en coûtera 3000 euros la nuit. L'histoire ne dit pas si Marlon Brando aurait validé la politique tarifaire de l'établissement qui porte désormais son nom… Le tourisme est il en essence compatible avec l'écologie ? il y a encore du chemin à faire... Photo : http://thebrando.com/
Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 16 juillet 2015 à 06:30
123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
Les derniers articles de l'auteur :
  • Demain – le FILM à voir !
  • un restaurant solaire, un projet fou ?
  • Demain, la Turquie chauffée à la pistache ?
  • 5 Réponses à "The Brando, hôtel écolo de luxe"

    • comment-avatar
      Sibylline Oceans 22 juillet 2015 (15 h 41 min)

      Ecologique de pomper de l’eau dans les grands fonds ? Et les sédiments et leurs habitants ???

    • comment-avatar
      claudem 22 juillet 2015 (23 h 58 min)

      jamais Brando n’aurait accepté ce genre d’établissement m’as-tu-vu sur Tetiaroa.
      L’hôtel qu’il avait créé sur place était réalisé avec les bois de l’atoll, style local, bien ouvert sur l’environnement, pas de clim bien sûr ! mais lui même ne s’en préoccupait pas trop.
      Il est évident que le promoteur a rencontré certains héritiers, (aux USA) où la couleur de l’argent ne se refuse jamais, quant à ceux qui sont sur place, la veuve et les enfants de Brando, ils n’ont reçu que des miettes

    • comment-avatar
      Tonio 23 juillet 2015 (11 h 34 min)

      Merveilleux, et les jets privés qui apportent les touristes, ils fonctionnent aussi à l’énergie solaire ? Ah, ces riches qui se prennent pour des écolos…

    • comment-avatar
      colibriette 29 juillet 2015 (18 h 29 min)

      je crois qu’il faut pas exagérer !!!! Brando a fait ce qu’il a pu….ces héritiers mènent le bal à présent…mais si tu veux critiquer quelqu’un qui a osé essayer, à son époque cela n’était pas à la mode, d’avoir le moins d’impact possible sur son environnement tu peux toujours critiquer, mais un conseil : VA VOIR CE QUE LA FRANCE A FAIT A MADAGASCAR AVEC LA MINE DE NICKEL A CIEL OUVERT DONT ELLE A DONNE L EXPLOITATION A UNE FIRME BRESILIENNE? VA VOIR ET LA TU POURRAS PLEURER LA POLLUTION DES FONDS MARINS OU ENVOYER DES SOUS A CEUX TROP PUE NOMBREUX QUI SE BATTENT? VA …….
      ça me gonfle les critiques idiotes !!!!

    • comment-avatar
      claudem 29 juillet 2015 (20 h 41 min)

      colibriette, faut pas t’exciter comme ça. je connais Madagascar, superbe pays, hélas touché par une instabilité politique qui ruine tous les efforts, j’habite à Tahiti et j’aimais vraiment bien ce Tetiaroa de Brando, j’y suis allé plusieurs fois, aujourd’hui c’est un hôtel pour les hyper riches et interdit aux non clients et aux locaux … !!
      un écolo a tenté de s’installer avec son bateau, le lagon intérieur est public, mais c’est fini, chassé, réservé aux happy few, la loi est détournée et valide le fric

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.