Le Sénat s’oppose aux toitures végétales

En mars 2015 de nombreux journaux et journalistes se réjouissaient d’un amendement adopté par l’Assemblée Nationale dans le cadre du projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages ». Cet amendement stipulait que tout nouveau bâtiment situé en zone commerciale devait avoir une 5ème façade, c’est-à-dire une obligation d’installer des dispositifs végétalisés ou de production d’énergies renouvelables sur toute ou partie des toitures. Un an plus tard, et après un passage au Sénat, cet amendement a tout simplement été supprimé. Et pour cause, le Sénat y voit un impact négatif sur « la vitalité économique et sur l’emploi dans nos territoires » et argumente sur le manque d’études. Le Sénat clame que « la surcharge pondérale des végétaux ou des panneaux photovoltaïques nuirait au bilan carbone des centres et poserait de graves problèmes de climatisation et d’aérations, aboutissant à augmenter la consommation énergétique ». Le Sénat n’a donc pas entendu l’argumentation de la député Mme Abeille qui lors de la présentation de l’amendement devant l’Assemblée Nationale expliquait les nombreux bénéfices de cette 5ème façade : une meilleure isolation thermique en plus d’une production d’énergie qui pourrait couvrir les besoins énergétiques du bâtiment, la limitation du ruissellement (les toitures végétalisées augmentent la capacité d’absorption des eaux de pluie), la lutte contre les îlots de chaleur en ville et surtout la reconquête de la biodiversité. De plus, les industriels, qui critiquent le surcoût de telles installations, rentreraient néanmoins dans leurs frais sur le long terme. Cependant si l’Etat n’aide pas à la transition verte directement, l’idée des immeubles « verts » séduit de plus en plus. On constate une augmentation de projets similaires, notamment illustré par le projet « Réinventer Paris ». La priorité de ce projet est certes le logement, mais l’innovation environnementale y est aussi très présente. On remarque que les architectes sont de plus en plus conscients du besoin de changement dans nos villes ; les 22 projets retenus mettent en avant le végétal et l’environnement. L’adjoint à la Maire de Paris, en charge de l’urbanisme, expliquait pour la compétition qu’il était essentiel de considérer la consommation et la récupération d’énergie, l’intégration de matériaux écologiques, l’expérimentation de végétalisations innovantes et la concrétisation de l’objectif « zéro déchet, zéro carbone ». Dans un esprit semblable, ce projet a aussi encouragé l’utilisation de lieux délaissés dont le potentiel peut se révéler formidable pour l’environnement (sous-sols, toits, friches) et qui permet de valoriser des espaces inattendus.
Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 09 mars 2016 à 01:16
38 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
Les derniers articles de l'auteur :
  • Bientôt un nouveau parc naturel marin en Corse
  • Inondation et pesticides : qu’en est-il ?
  • Le Sénat vote contre les coraux et pour le développement économique
  • 11 Réponses à "Le Sénat s’oppose aux toitures végétales"

    • comment-avatar
      colette Lièvre 12 mars 2016 (22 h 43 min)

      Ces chers sénateurs deva

    • comment-avatar
      Hubert 13 mars 2016 (14 h 53 min)

      Article illisible avec vos fenêtres pub envahissantes!!!!

    • comment-avatar
      Mary 13 mars 2016 (15 h 02 min)

      Qu’est ce qu’on attend pour supprimer le sénat entité inutile coûteuse et réactionnaire?

    • comment-avatar
      alain perineau 13 mars 2016 (15 h 47 min)

      Les toits végétalisés : c’est l’avenir !!!! avec ou sans sénat

    • comment-avatar
      PELAINGRE 13 mars 2016 (17 h 44 min)

      copie du courriel adressé à « mon » sénateur :
      «bonjour nos trop trop chers sénateurs parasites.
      Je viens d’appendre que votre assemblée avait rejeté l’amendement de l’excellente députée Mme Abeille.
      http://www.univers-nature.com/actualite/societe-lois-politique/le-senat-soppose-aux-toitures-vegetales-67758.html

      Honte à vous qui êtes un gouffre financier pour défendre vos privilèges indécents et anachroniques pour un rapport coût efficacité révoltant faisant de vous un boulet supplémentaire dont on se passerait volontiers.
      Évidemment avec ce Larcher chasseur cumulard comme président on ne peut pas attendre du positif.

      G. PELAINGRE»

    • comment-avatar
      mati80 14 mars 2016 (10 h 59 min)

      Cela n’est pas rendu obligatoire, mais pas interdit non plus !
      La conscience de la réalité viendra peut-être du bas …

    • comment-avatar
      COUTHON 14 mars 2016 (19 h 30 min)

      On se moque de qui ? Et la Cop21 ! on croit rêver ! Assemblée inutile qui coûte chère à la nation

    • Le Sénat s’oppose aux toitures végétales Libre Expression 16 mars 2016 (21 h 56 min)

      […] Source […]

    • comment-avatar
      Jacques 16 mars 2016 (22 h 27 min)

      Ce n’est qu’une histoire politicienne … le Sénat est maintenant à Droite, alors tout ce qui vient du parlement (de « gauche ») doit être systématiquement cassé … c’est tout, faut pas chercher plus loin, bon il est vrai que le Sénat aime bien se faire remarquer, dire qu’il existe, malheureusement c’est au dépend de l’environnement, le Sénat à complètement zapé la Cop21 !
      C’est bien lui qui a aussi tenté d’interdire les éoliennes à moins de 10km d’un bâtiment historique … cad plus du tout d’éoliennes en France !
      C’est sûr qu’on est pas gâté par nos institutions qui ici marchent à reculons.

    • comment-avatar
      sirius 17 mars 2016 (11 h 26 min)

      Les députés n’ont pas davantage de sensibilité écologique .Ils obéissent servilement aux chasseurs ,et sont d’ailleurs inscrits en nombre à leur groupe .Ils viennent aussi de refuser de protéger les arbres le long des routes .
      @ Jacques – La défense des sites historiques est aussi une valeur fondamentale ,elle était d’ailleurs fortement tempérée par la covisibilité.
      Les affairistes éoliens n’ont guère de respect pour nos paysages .

    • comment-avatar
      Forlane 23 mars 2016 (18 h 02 min)

      ces vieux schnock qui ne souffriront pas du réchauffement de demain mais qui le produisent aujourd’hui …

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.