Lancement du chèque énergie dans 4 départements

Ce mois marque le lancement  de l’expérimentation du chèque énergie. Déployé dans 4 départements : l’Ardèche, l’Aveyron, les Côtes-d’Armor et le Pas-de-Calais, le chèque énergie y remplace, depuis le 20 mai, les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz. Le chèque énergie est l’une des mesures phares de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Le chèque se veut plus efficace grâce à sa distribution automatique sur la base du revenu des ménages. Socialement, l’avancée est importante, le chèque énergie bénéficiera à 4 millions de foyers au lieu des 3 millions pour les tarifs sociaux. Le critère unique, du chèque énergie, contre à la fois les difficultés d’échanges d’informations entre administration et fournisseurs d’énergies et le non-recours de plusieurs centaines de milliers de ménages aux aides sociales. Le chèque énergie bénéficiera à d’autant plus de foyers car contrairement aux tarifs sociaux, qui ne s’appliquaient qu’à l’électricité et au gaz, le chèque énergie peut s’utiliser pour le payement d’une facture d’énergie qu’il s’agisse d’électricité, de gaz, de GPL, de fioul et de bois ou encore pour le payement d’une redevance en logement-foyer. Il peut aussi être utilisé pour le payement de travaux de rénovation énergétique du logement. Cependant la réforme reste néanmoins à perfectionner. L’un des bémols se trouve au montant du chèque énergie ; d’une moyenne de 150 € par an alors que les factures énergétiques des ménages s’élèvent en moyenne à plus de 100 € par mois. Malgré son montant progressif, à l’avantage des personnes les plus modestes, le chèque sera d’un maximum de 227 € par an. Une autre mesure bienvenue serait de donner plus d’importance à la transition pour la croissante verte. Si le chèque énergie peut être utilisé pour payer des travaux de rénovations, il ne les encourage pas en pouvant être épargné afin de financer un investissement dans la rénovation thermique du logement, ou simplement en pouvant être utilisé pour des achats verts, comme des ampoules de basse-consommation.

6 Réponses à "Lancement du chèque énergie dans 4 départements"

  • comment-avatar
    Diver 25 mai 2016 (21 h 17 min)

    Et bientot le chèque chamalot ? Ou le chèque Nutella ?? L’assistance reste là meilleure façon d’acheter sa clientèle électorale !!

  • comment-avatar
    Terra58 26 mai 2016 (9 h 40 min)

    à Diver
    Et il y en toujours qui critique tout quoiqu’on fasse!

  • comment-avatar
    YACONO 26 mai 2016 (20 h 27 min)

    entièrement d’ accord atteint d’ une PCE, là je dois en être à 200 euros non remboursés Il est vrai que mes médicament viennent d’ Italie et ne sont pas conventionnels On devrait avoir tant par an pour se soigner La sécu est complètement à la dérive, commue la médecine sous l’ emprise de big-parma ce qui n’ est pas normal

  • comment-avatar
    Jean-Marc 28 mai 2016 (20 h 05 min)

    Ne tapons pas trop sur la Sécu, cherchons plutôt à l’améliorer..
    Pourquoi les complémentaires obligatoires par les entreprises ? parce que comme ça, on baissera peu à peu les remboursements par la Sécu, publique en augmentant peu à peu, tout doux, la part des complémentaires, privées, et leurs cotisations.
    La disparition progressive de la Sécu, toutes les banques et les assureurs en rêvent … Ne les aidons pas !

  • comment-avatar
    Suzanne 29 mai 2016 (18 h 45 min)

    Diver, à vous lire, on peut penser que vous ne connaissez pas les difficultés matérielles de l’existence. Celles dont on ne parvient pas à sortir malgré les efforts, celles de gens qui sont faibles (santé ou énergie vitale, ou peu éduqués) celles de gens qui ont de petits boulots, de ces boulots dont la société a besoin mais qui sont peu payés ou qui font peu d’heures.
    Je fais partie des favorisés mais je connais des gens qui font de super jobs indispensables pour lesquels ils gagnent peu . et ils ne s’en sortiraient pas si il n’y avait pas de redistribution et des aides.

  • comment-avatar
    Gaston RIEFFEL 31 mai 2016 (20 h 10 min)

    Chic, un chèque .. Ne vaudrait-il pas mieux d’ examiner les moyens d’économiser l’énergie dans l’habitat des personnes concernées, par le biais de la prise en charge de diagnostics, et d’ inciter les propriétaires des murs à la production d’énergies renouvelables (solaire, photovoltaîque) ?
    Ou le court terme interdit-il de s’attacher aux causes des problèmes ?
    Gaston

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas affiché.