Pour assurer un succès durable à la voiture hydrogène, Toyota ouvre ses brevets à tous

Toyota a débuté, fin 2014, la commercialisation d’une voiture à hydrogène. Si pour cette première, le constructeur japonais a rencontré le succès, il lui reste à imposer cette technologie durablement. Pour y parvenir, il entend la partager avec les autres constructeurs gracieusement, dans un premier temps. L’annonce de la mise à disposition de 5680 brevets a été faite cette semaine dans le cadre du salon de l’électronique CES 2015, aux USA. 1970 brevets concernent directement la technologie des piles à combustible, 3350 son informatique de commande, 290 les réservoirs à haute pression (290) et 70 la production et distribution de l’hydrogène. Pour Toyota, le challenge est d’accélérer le développement de la filière hydrogène en favorisant l’arrivée de nous acteur. Si la voiture à hydrogène offre un niveau de performance et d’autonomie quasi équivalent à ses homologues essence ou diesel, le remplissage du réservoir est un vrai problème. Les stations à hydrogènes sont très rares, et seul leur développement rapide pourra assurer la démocratisation de cette nouvelle source d’énergie. L’ouverture des brevets que propose Toyota à l’industrie automobile va dans ce sens. La gratuité des brevets concernant les piles à combustible vaut jusqu’à fin 2020 quand ceux portant sur la production et la distribution d’hydrogène ne sont pas limités.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 10 janvier 2015 à 01:43
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 30 Réponses à "Pour assurer un succès durable à la voiture hydrogène, Toyota ouvre ses brevets à tous"

    • comment-avatar
      hamel 14 janvier 2015 (15 h 40 min)

      Toyota offre (pendant un temps ses brevets), cela n’est pas vraiment et seulement de la philanthropie. le développement de la techno hydrogène passe par la massification des points de distribution du carburant. la seule production de véhicules Toyota ne créera pas une demande suffisante.

      Je suis hybride depuis dix ans et par avant j’étais GPL. Une des raisons de la non percée du GPL sur le marché réside en l’absence de points de fournitures.

      Les autres raisons, nous les connaissons tous.

    • comment-avatar
      L ' Observateur 14 janvier 2015 (16 h 23 min)

      JE NE SUIS PAS PRET à rouler avec un réservoir d’hydrogène sous pression dans le coffre !
      Nous ne sommes pas à Cap Kennedy ou à Kourou, prêts pour la satellisation !

      DESOLE

    • comment-avatar
      Explorateur 14 janvier 2015 (18 h 15 min)

      Etrange cette peur du réservoir d’hydrogène puisqu’on ne voit pas des voiture à gaz exploser à tous les coins de rue. La démarche de Toyota est de type gagnant – gagnant, j’adore ! encore qq progrès en génération puis stockage d’hydrogène, et nous aurons là un système réellement d’avenir, et à long terme.

    • comment-avatar
      aznb2011 14 janvier 2015 (18 h 43 min)

      on ne veut pas developper le thorium ou 80g permetent de rouler pendant 80ans

    • comment-avatar
      Jicé60 14 janvier 2015 (19 h 04 min)

      Juste un PETIT problême la production d’hydrogène se fait à partir de gaz ou de pétrole, et génère énormément de dégagement carbone. Encore une impasse !!!
      Vive la marche, le vélo, la voile… …ou le cheval !!! ( pour les plus fortunés…)

    • comment-avatar
      AGo 14 janvier 2015 (19 h 38 min)

      D’abord une observation pour Yacono : l’hydrogène ne s’enflamme pas au contact de l’air ! il lui faut une flamme, ou à tout le moins un point très chaud ; de l’hydrogène est distribué, par tuyaux, sur des centaines de km, pour alimenter les chantiers navals et les aciéries… y avez-vous vu beaucoup d’accidents ?
      Et puis pour aznb : le thorium pour propulser un véhicule… et puis il y a une taille minimale pour un réacteur nucléaire, bien trop élevée pour une voiture… et je ne vous parle pas du risque et de l’acceptation publique…
      Aussi pour Jicé60 : l’hydrogène peut être fait aussi par électrolyse, à partir des excédents de production électrique des sources intermittentes – solaires, éoliennes, marines,… -; c’est même une excellente façon de stocker l’électriciter! et puis surtout l’hydrogène peuêtre produit par thermolyse de l’eau avec un réacteur nucléaire à haute température ! c’est en cours ! pas d’inquiétude donc pour sa production.
      Enfin je dédie à « l’observateur » cette anecdote : j’ai lu dans un journal de 1912 la réaction d’un « monsieur tout le monde » à la publicité pour une voiture -Peugeot je crois- réputée capable de « soutenir la vitesse incroyable de 27 km/h »… il disait « bien sûr, c’est techniquement possible, mais jamais je ne m’y risquerai, car à cette vitesse, non naturelle, c’est tout l’organisme humain qui sera déréglé » … ; réaction qui rappelle la recommandation plaisante de J-J Rousseau dans son manuel éducatif « Emile ne se jettera jamais à l’eau tant qu’il ne saura pas nager »… Obscurantisme ? Syndrome du Bernard l’hermite ? ça passera !

    • comment-avatar
      simon 14 janvier 2015 (22 h 28 min)

      TA PROCHAINE VOITURE

    • comment-avatar
      motocine 15 janvier 2015 (10 h 41 min)

      En cette période d’attentats , est il besoin d’avoir des voitures chargées d’hydrogène et des stations service ICPE SEVESO seuil haut en pleine ville ? !…

    • comment-avatar
      Roro 15 janvier 2015 (10 h 49 min)

      Bravo AGo ! Que des bonnes Réponses !
      Lamentable de voir les idées fausses qu’on certains ici ! Confondre l’hydrogène avec le sodium (qui s’enflamme à l’air) ?!
      Gober le fait qu’on ne saurait faire de l’hydrogène qu’en crackage (à partir du méthane) ou encore venir nous rappeler que les batteries de VE sont sales (pas plus que tous les autres appareils avec batteries et moins que ce que génère en pollution l’extraction du pétrole en du gaz et les raffineries qui polluent gravement l’atmosphère avec des produits hautement cancérigènes (regardez des reportages sur des villes qui sont à côté de raffineries, vous allez comprendre !!) ?!
      Bref tous ceci n’est que de l’obscurantisme ajouté de la connerie de gens qui parlent et répète sans savoir et sans vérifier les infos ! Les pires ennemies du progrès et du sauvetage du monde : les conservateurs !

    • comment-avatar
      jeanmi 15 janvier 2015 (21 h 16 min)

      Il me semble que la voiture à air comprimé serait plus écologique , plus simple et moins chère. Mais on préfère faire compliqué et surtout faire plus de profit avec d’autres solutions qui se révéleront pas si propre que ça…

    • comment-avatar
      L ' Observateur 17 janvier 2015 (16 h 34 min)

      MESSIEURS LES INITIES, effectivement, si cela se développe,personne ne vous empêchera de rouler avec une bombe de gaz HYDROGENE sous pression dans votre véhicule…L’hydrogène étant un gaz très fluide (le plus fluide de la création!), à la moindre fuite, prévenez-moi…je garderai mes distances!
      Ce n’est pas de l’obscurantisme, c’est de la science et de la prudence !

    • comment-avatar
      Daniel METHOT 17 janvier 2015 (19 h 17 min)

      Tout ça c’est de la pseudo écologie !
      L’hydrogène n’est pas un gaz disponible gratuitement et facilement.
      Pour rouler à l’hydrogène il faut faire tourner des usines en amont!
      Je suis stupéfait qu’on s’accroche à ces solutions qui n’ont aucun sens au niveau énergétique.
      Quelqu’un qui nous sortirait le gazogène ou la machine à vapeur… revisités m’intéresserait beaucoup plus !

    • comment-avatar
      Daniel METHOT 17 janvier 2015 (19 h 55 min)

      @ aGo…
      De l’hydrogène dans des tuyaux sur des centaines de km !
      Êtes-vous certain de vos sources ?
      A part le transport d’hydrogène liquide réfrigéré je n’ai rien trouvé sur ce sujet.
      De toutes façon ce gaz est rare sur terre à l’état naturel.
      Quant à le produire… c’est « l’usine à gaz ».
      A moins que vous alliez le chercher dans les galaxies ou paraît-il il pullule …
      Bonne chance !

    • comment-avatar
      renelast 18 janvier 2015 (1 h 06 min)

      Bonsoir a tous
      Etant assez agé je m’interesse encore a la technologie j’ai connu les postes de radio a lampes les premiers transistors il me semble qu’en miniaturisation nous avons fait bien des progrés durant la guerre froide il me semble que l urss avait conçu une b atomique qui se metteit dans une valise ! les moteurs nucleaires miniaturisés et fiables existent aussi la nasa s’en est occupée il me semble aussi qu’avec un des a coudre de composant atomique on pourrait rouler et faire le tour de la terre sans faire le plein . oui mais voila l’economie mondiale les pays du golfe mettraient de l’eau dans leur vin et ne pourraient surement plus financer l’integrisme daech et le terrorisme regardez ce qui se passe en france les zones de non lieu et les cités interdites mais je m’égare et je m’en excuse mais songer un peu a cela! neamois chapeau a toyota espèrons que nos constructeurs pourront technologiquement les suivre !

    • comment-avatar
      yves 18 janvier 2015 (8 h 23 min)

      Je m’interroge sur 2 points:
      – quelle est l’énergie qu’il faut investir pour « casser » une molécule d’eau et produire de l’hydrogène. En d’autres termes, j’aimerais connaître le rendement de ce cycle de l’eau .
      – compte tenu de la facilité d’enflammer l’hydrogène, la technologie du stockage et de la combustion de l’hydrogène dans un véhicule circulant sur la voie publique et donc exposé aux risques d’impacts d’autres véhicules ou d’altération voire de destruction, le risque d’explosion massive de l’H2 est il raisonnablement maîtrisé

    • comment-avatar
      Plefebv 18 janvier 2015 (17 h 35 min)

      Entre les tenants du « il ne faut surtout pas bouger » au profit des lobbies existants, et ceux du « il faut une solution parfaite qu’on n’atteindra jamais », je salue la contribution de AGo.
      C’est techniquement réalisable sans émission supplementaire de CO2, et ça met à profit les périodes de surpuissance des filières de production d’énergie renouvelable, qu’on aurait évacuées dans l’atmosphère.
      On peut être contre au motif qu’un stockage d’hydrogène est hautement énergétique et instable: pas plus en fait que ne l’était celui de l’essence dans les années 1890.
      Et pour l’instant la filiere batteries offre un poids et un coût beaucoup plus importants a production d’énergie équivalente: alors pourquoi s’obstiner à utiliser ce qu’on n’a pas encore inventé quand on a des rechnologies éprouvées sous la main ?

    • comment-avatar
      Jicé60 19 janvier 2015 (8 h 55 min)

      « AGo » a osé écrire sur un site écolo:  » et puis surtout l’hydrogène peut être produit par thermolyse de l’eau avec un réacteur nucléaire à haute température ! »

      Michel Audiard lui aurait répondu:  » Les cons çà ose tout c’est même à cela qu’on les reconnait… »

    • comment-avatar
      francoise 20 janvier 2015 (13 h 50 min)

      Quelle foire d’empoigne!!!

      on dirait des politiciens et pas des ecolos contructifs!

      Soyons positifs:
      – si cette solution n’est pas la panacée elle peut faire partie des solutions du futur
      – j’ai crus comprendre qu’on peut tout à fait stocker l’hydrogène sous forme solide de manière tres sure (http://www.mcphy.com/fr/produits/stockage-hydrogene-solide/)
      – on peut produire de l’hydrogène avec des sources renouvelables (soleil, vent , marées => electricité => hydrogène stockée et utilisables quand on veut)
      je crois que les Islandais la produisent à partir de géothermie à coté de leurs volcans.

      Bref il n’y a pas de quoi s’everver, mais il faut peut etre affiner la solution

    • comment-avatar
      L ' Observateur 21 janvier 2015 (17 h 45 min)

      PETIT RAPPEL d’électrochimie: ainsi qu’il a déjà été indiqué, l’hydrogène peut être produit par HYDROLYSE de l’eau, par exemple avec de l’électricité fournie par des cellules photovoltaïques ou des éoliennes, hydroliennes, etc…et autres sources écologiques.

      Pour l’instant, l’eau ne manque pas sur terre…et la combustion directe ou par voie catalytique de l’hydrogène (pile à combustible) , produit effectivement DE L’EAU…

      MAIS il n’empêche que JE PERSISTE à dire que je ne roulerai jamais avec une bombe à hydrogène sous pression dans mon coffre de voiture !

    • comment-avatar
      Méry Lujes 21 janvier 2015 (20 h 04 min)

      Euh… vu les chalenges à venir toute solution est bonne à prendre (sauf certaines, question de religion énergétique…). Un des pb est la manière dont on présente la solution, chacun vend sa soluce « parfaite ». Si y a des solutions elles seront panachées, grande différence avec la pensée monolithique issue de l’utilisation des énergies fossiles, chaque solution aura sa place, y aura pas plus de 100% voiture élec qu’à hydrogène ou de beurre en broche.
      Pour l’instant on peut toujours causer, quasi 100% de la mobilité est fossile et condamner une initiative ne coûte pas bien cher. En attendant on fait quoi ?
      – On continue comme avant ?, on en connait déjà l’issue…
      – On stoppe tout ?, ça semble mal barré, prôner le moins n’est pas très électoraliste (et quasi tout le monde s’en fout à part quelques gaulois qu’on appelle écolo).
      – On gère cette transition énergétique en acceptant les compromis (et non compromissions) nécessaires…

      Si Roro est véhément (à tort à mon avis, l’attaque de front ne sert à rien), je suis « choqué » par tant d’affirmations pros ou antis, la réalité n’est pas de ce type, rêve utopique, se sortir de 2 siècles de fossile ne se fera en un claquement de doigts. Peut-être juste regarder ce que nos parents ont fait, la manière dont nous avons modifié leur pensées/rêves et ce que nos enfants vont en faire, le plus important de l’histoire parce que la concrétisation de masse de tout ça n’est pour aujourd’hui ! Donc si possible on vote pour « bouton rouge enfoncé comme un malade ».
      Sincèrement, vu la faible application actuelle des EnR et autres solutions alternatives ça me semble difficile de rester droit dans ses bottes autant en tant que pro qu’anti, on va faire comme le colibri face au feu de forêt…

    • comment-avatar
      Jicé60 22 janvier 2015 (8 h 19 min)

      A l’Obs:
      On peut aussi décider de passer sa vie au lit pour éviter tout danger, n’empêche que statistisquement c’est là qu’il y a le plus de morts…  »

       » Mettre un enfant au monde c’est lancer la mort à ses trousses  »
      Alfredd Hitchcock

    • comment-avatar
      L ' Observateur 24 janvier 2015 (17 h 28 min)

      Petite erreur de ma part: j’ai écrit HYDROLYSE à la place d’ELECTROLYSE.

    • comment-avatar
      Daniel METHOT 24 janvier 2015 (19 h 14 min)

      Quand on étudie une technique il faut l’analyser du début jusqu’à la fin.
      C’est comme quand on nous parlait des bio-carburants pour se rendre compte ensuite que des terres arables étaient monopolisées pour les « bagnoles » et des paysans dépossédés de leurs terres ancestrales tandis que des millions d’enfants meurent de faim chaque année dans le monde.
      Alors vos voitures et vos usines à produire de l’hydrogène…C’est du pipeau…
      Un gadget de milliardaire qui veut se donner bonne conscience !

    • comment-avatar
      philaca 24 janvier 2015 (23 h 43 min)

      Est-ce trop demander aux dirigeants de Toyota, s’ils sont un tant soi peu soucieux de leur notoriété et de l’image de leur entreprise véhiculée dans le monde, de ne plus vendre ces abominables pick-up équipés ensuite de lance-roquettes, de mitrailleuses, filmés à l’envie par nos reporters occidentaux sur tous les théâtres d’exactions où règnent la terreur d’Al-Caida, des talibans, de Daesh, de Boko-Haram, des milices soudanaises,des érithréens, des palestiniens, et j’en passe ? Franchement, comment une marque pareille peut-elle oser faire commerce avec ces individus et oser nous proposer (à nous occidentaux) le summum d’une technologie qui pourrait bien avoir été soutenue financièrement par la vente de ces véhicules de mort aux islamistes terroristes ? Comment peut-on accepter que Peugeot ait dû renoncer à vendre ses modèles à l’Iran en vertu de l’alliance passée avec un constructeur américain et par respect contractuel pour l’embargo décrété par Washington, et laisser Toyota poursuivre tranquillement ses activités commerciales indifféremment avec les pays libres et les Etats terroristes ?

    • comment-avatar
      wibart 25 janvier 2015 (12 h 14 min)

      Comme c’est toyota celui qui fait de l’hybride sérieux depuis 16 ans je lui fais confiance pour tout mener à bien.

    • comment-avatar
      jm 25 janvier 2015 (16 h 52 min)

      voir l’émission « on est pas que des cobayes » de vendredi prochain (30-01) à 20h45 séquence sur le vélomobile. Mais qui payera les routes et le RSA? Et que deviendrai les centres de mise en forme si chacun se déplaçait avec ses muscles. Un bémol pour les côtes car il faut une assistance électrique de plus je ne pense pas que ce soit compatible avec les autres automobiles.

    • comment-avatar
      Mario Mulé 25 janvier 2015 (20 h 50 min)

      Bonjour, un questionnement me tenaille que je souhaite vous transmettre.
      La voiture à hydrogène est belle et bien … Mais vous ne pouvez éluder le problème de la fabrication de l’hydrogène sous peine d’obtenir une analyse globale erronée.
      3 voies (les plus abouties)sont possibles pour fabriquer de l’hydrogène :

      Le reformage d’hydrocarbures. Pas terrible en terme de pollution au CO2 et en terme de rendement la plus part du temps voisine de celle du Diesel.

      L’électrolyse de l’eau pollue par les déchets nucléaires produisant le courant nécessaire, malgré que son rendement soit un peu meilleur, il est malheureusement dégradé par la nécessiter de comprimer ou conditionner le carburant obtenu, bref le rendement global est inférieur à celui d’un Diesel…

      La 3 ème voie est la dissociation chimique de l’eau. C’est la seule voie qui donnerait à l’hydrogène son statut « d’énergie », malheureusement la faisabilité de ce procédé reste à prouver et de nombreux pays dont le Japon travaillent d’arrache pied sans résultat pour le moment.

      Bilan : pour le moment l’hydrogène n’est qu’un vecteur énergétique car elle n’est qu’une façon de transformer l’énergie des hydrocarbures ou de stocker de l’électricité en perdant de l’énergie à chaque transformation.

      Seul avantage : changer la forme de la pollution actuelle des villes ou la déplacer.
      Le jeu en vaut-il la chandelle tant que des catalyseurs ne nous permettrons pas fabriquer de l’hydrogène sans consommation d’énergie.
      Si c’était le cas… Alors Banco ! Mais en attendant l’hydrogène carburant ne présente pas d’intérêt car autant utiliser les hydrocarbures le plus proprement possible ou l’électricité.

      Je vous laisse réfléchir à mon analyse et précise que je suis un déçu de l’hydrogène car j’attendais avec impatience sa fabrication « chimique » sans besoin d’énergie… Un jour peu être !

      Cordialement.
      Mario Mulé

    • comment-avatar
      fred 27 janvier 2015 (11 h 27 min)

      Bonjour,
      Un petit document utile pour comprendre les enjeux énergétiques autour de l’automobile
      http://inter.action.free.fr/publications/auto-eco/auto-eco.pdf
      La Miral de toyota fait 1850 kg à vide, avec un tel poids pour déplacer au plus 400 kg de charge utile un vehicule ne peut être sobre
      a quoi peut servir une voiture capable de rouler à 180 km/h ?
      fred

    • comment-avatar
      Gérard MAUGET 31 janvier 2015 (20 h 46 min)

      la voiture à hydrogène est une utopie; seules ne valent que les transports en commun chers aux écologistes !
      heureusement, les français demandent des voitures individuelles et ce que le peuple veut…

    • comment-avatar
      Joël Lefèvre 2 février 2015 (12 h 54 min)

      En réponse à Amel, il fut un temps pas très éloigné, le début du GPL, il existait de nombreux installateurs de système GPL, Citroën avec même sorti un véhicule 100 % GPL (Visa mono-carburant). A cette époque il existait un bon nombre de stations distribuant le GPL, puis comme par miracle le GPL est tombé en désuétude (cherchez les « bonnes mauvaises » raisons)et les pompes GPL ont été supprimées en grande majorité. Maintenant que « certains ont un peu viré de bord on relance le GPL, dommage qu’on se retrouve un peu au pont de départ. Il faudrait demander au « débatisseur » de payer la réinstallation, ne croyez-vous pas ?

    Répondre à philaca Cancel reply

    Votre courriel ne sera pas affiché.