Le massacre des rhinocéros en dangereuse hausse

Un constat alarmant de TRAFFIC, un réseau international de surveillance du commerce de la faune et de la flore sauvages, montre que 2015 fut, pour l’Afrique en général, la pire année pour le braconnage des rhinocéros : plus de 1 312 rhinocéros y furent tués pour leur corne.

En effet, malgré une très légère baisse en Afrique du Sud, 1 175 rhinocéros furent abattus illégalement en 2015 contre 1 215 en 2014, une très forte augmentation du braconnage au Zimbabwe et en Namibie a compensé cette baisse. Ce déplacement de l’épicentre du braconnage est fort préoccupant pour les populations de rhinocéros : l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Namibie et le Kenya détiennent à eux seuls 98% des populations africaines de rhinocéros. Ainsi, il se peut que les populations de rhinocéros soient de nouveau sur le déclin – au Mozambique et dans la République Démocratique du Congo, les rhinocéros sont considérés comme éteints.

La population actuelle est le fruit de programmes de conservation menés depuis les années 1990, il y avait alors seulement 7 560 rhinocéros blancs et 2 400 rhinocéros noirs sur le continent. En 2010, on comptait 20 000 rhinocéros blancs, une espèce classée comme quasi menacée, et environ 5 000 rhinocéros noirs, classés comme étant en danger critique. Cependant le braconnage a remonté en flèche depuis le milieu des années 2000.

Grape montrant l’explosion du braconnage en Afrique du Sud - Source TRAFFIC

Grape montrant l’explosion du braconnage en Afrique du Sud - Source TRAFFIC

La récente recrudescence du braconnage est liée étroitement avec la demande croissante de corne de rhinocéros en Asie, et particulièrement au Viêtnam. Elle y est vue à la fois comme un objet luxueux et un prétendu remède contre le cancer. Bien que de nombreuses arrestations et saisies de marchandises aient été menées, notamment depuis 2008, l’effort international ne doit pas être relâché. Aussi une campagne a été lancée en septembre 2014 par TRAFFIC et Save the Rhino International, au Viêtnam, afin d’essayer de changer le comportement des consommateurs de corne de rhinocéros et ainsi de réduire la demande. De plus des mesures de conservation pour les rhinocéros seront aussi discutées à la 17ème conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) en septembre 2016 à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 06 février 2016 à 05:37
38 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
Les derniers articles de l'auteur :
  • Bientôt un nouveau parc naturel marin en Corse
  • Inondation et pesticides : qu’en est-il ?
  • Le Sénat vote contre les coraux et pour le développement économique
  • 5 Réponses à "Le massacre des rhinocéros en dangereuse hausse"

    • comment-avatar
      Normand 10 février 2016 (11 h 43 min)

      Que va devenir la libido minable des Chinois lorsqu’il n’y aura plus de rhinocéros ?

    • comment-avatar
      Fifi 10 février 2016 (20 h 05 min)

      « Plus de 1312 ». Il y en avait donc 1313 (au moins). Pourquoi ne le dites-vous pas?

    • comment-avatar
      Gromit 11 février 2016 (10 h 01 min)

      De la corne de rhinocéros contre le cancer… Il fallait y penser !
      Il parait que ça soigne aussi les hémorroïdes, le rhume des foins, le mal de mer l’allergie au gluten et l’acné juvénile. D’autre part 750 grammes par jour de poudre de corne de rhino prisée empêcherait de mourir.

    • comment-avatar
      atoum25 13 février 2016 (20 h 06 min)

      Dommage que cela ne guérisse pas la connerie

    • comment-avatar
      Mehdi 6 mars 2016 (1 h 17 min)

      L’être humain n’a pas de limites dans la connerie humaine, on tue les animaux parce que ça sert à nous soigner, mais quand tueront nous les humains pour découvrir que chez nous il y a aussi un médicament qui peut nous guérir, c’est pas gagné, on bouffe tellement de merde qu’on en est réduit à trouver des médicament en tuant des espèces fragiles….

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.