Manufacture sanglante dans l’industrie du luxe

Une fois de plus, PETA révèle les conditions monstrueuses de vie et d’abattage des animaux pour l’industrie du luxe, et notamment pour Hermès. Les projecteurs illuminent ici les pratiques abominables des fermes spécialisées dans la vente de peaux de crocodiles et d’alligators. Un investigateur de la PETA, après avoir travaillé un mois à Lone Star Alligator Farm à Winnie au Texas, a rapporté les atrocités que les alligators y subissent. Ce sont entassés dans des abris froids, humides et sans lumière naturelle, parfois contenant jusqu’à 125 animaux, bien que conçu pour 6, que les alligators attendent leur mort. Naturellement sociables et joueurs, les alligators peuvent vivre jusque 50 ans, pourtant cette ferme les tue à l’âge d’un an, normalement à l’aide d’un pistolet projectif captif. Cependant l’enquête montrent que les employés peuvent aussi taillader la nuque des animaux afin de briser à vifs les vertèbres cervicales lorsque le pistolet ne fonctionne pas. Cette méthode entraîne une morte lente et douloureuse pour l’animal. Les crocodiles emprisonnés au Zimbabwe, chez l’un des plus grands exportateurs de peaux de crocodiles du Nil, vivent dans des conditions pareillement épouvantables. Des dizaines de milliers de crocodiles vivent dans des fosses de béton, dépourvues de soins vétérinaires, où ils ne peuvent adopter un comportement naturel. Malgré une espérance de vie d’environ 70 ans, les crocodiles y sont tués à l’âge de 3 ans. Des attestations d’autant plus terribles que les crocodiliens sont reconnus comme étant des animaux sociaux et intelligents, avec un système de communication composés de signaux chimiques, d’infrasons et d’un langage corporel. Le chercheur Vladimir Dinets a observé des semblances de crèches au sein des communautés, prouvant l’attention portée aux jeunes. Les crocodiliens sont aussi les seuls reptiles – à ce jour – connus pour chasser avec des outils. Or l’industrie du luxe voit en ces animaux une simple matière première. Le ventre de 2 à 3 crocodiles permet la création de sac à main d’une valeur de $50 000 ou plus, quant à la peau des alligators, elle peut être transformée en bracelet de montre. Les révélations de PETA ont permis d’exposer la cruauté de l’industrie au grand jour. La mannequin et chanteuse Jane Birkin a ainsi réclamé que le sac emblème d’Hermès, qui porte son nom, soit renommé jusqu’à des pratiques qui répondent aux normes internationales. Néanmoins l’enquête et la vidéo prouvent que le droit des animaux n’a pas fini d’être bafoué et qu’il est nécessaire d’informer le public continuellement. Il ne reste qu’à espérer que ce scandale révolutionne les mentalités et usages, reflétant les progrès envers l’utilisation de la fourrure dans la mode. Selon PETA, lors de la dernière semaine de la mode londonienne, 80 % des designers se disaient contre la fourrure, une avancée phénoménale – bien qu’insuffisante.   Photo extraite du film tourné par PETA
Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 26 septembre 2015 à 12:07
38 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
Les derniers articles de l'auteur :
  • Bientôt un nouveau parc naturel marin en Corse
  • Inondation et pesticides : qu’en est-il ?
  • Le Sénat vote contre les coraux et pour le développement économique
  • 4 Réponses à "Manufacture sanglante dans l’industrie du luxe"

    • ETHIQUE | Boycott 26 septembre 2015 (14 h 01 min)

      […] Manufacture sanglante dans l’industrie du luxe http://www.univers-nature.com/actualite/le-reste/manufacture-sanglante-dans-lindustrie-du-luxe-67518… […]

    • comment-avatar
      Gromit 7 octobre 2015 (8 h 12 min)

      Que croyez-vous ?
      Élevages (quels qu’ils soient) = exploitation animale donc rentabilité et donc forcément brutalités, négligences, cruautés… Cela se vérifie partout. Pour ces gens là l’animal n’est qu’un produit, inutile d’espérer autre chose. Les élevages devraient être interdits. Foutons la paix aux animaux !

    • comment-avatar
      palumbo 8 octobre 2015 (12 h 13 min)

      Comment peut on à notre siècle aimer cette mode qui abime notre planète en tuant
      les êtres qui y vivent… En plus ça pue et c’est moche ! Un sac en tissu est
      bien plus joli !!
      Yo

    • comment-avatar
      gérard Mauget 10 octobre 2015 (22 h 14 min)

      mais qu’est que c’est de cette commisération de bas étage parce que, pour cette fois, il s’agit de luxe maudit.
      cette bien pensance est tout à fait facile et sotte.
      ce qui devrait vous irriter c’est l’acceptation de la viande hallale laquelle implique l’égorgement des animaux sans étourdissement préalable.
      mais notre pays est devenu lâche !

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.