Fièvre de l’or en Guyane, des conséquences sur l’environnement

Le 14 décembre 2000, à l'occasion de la remise au Premier Ministre français d'un rapport sur l'activité aurifère en Guyane, le WWF a rappelé les conséquences désastreuse de cette activité sur l'environnement et la santé publique (rejets de mercure, cours d'eau asphyxiés par les boues rejetées, etc...).
65 % des Amérindiens du Haut Maroni sont au-dessus du taux limite de mercure à ne pas dépasser sous peine de troubles graves (taux fixé par l'Organisation Mondiale de la Santé - OMS). Ce pourcentage de population intoxiquée par le mercure varie en fonction de l'alimentation en poisson et de la proximité d'une rivière exploitée par les chercheurs d'or.
Le wwf dénonce également le manque de moyens et d'application de la législation, ainsi 'plus de 200 orpailleurs clandestins se sont installés sur la zone réglementée de Petit-Saut, proche de Saint Eugène, où des chercheurs du Muséum National d'Histoire Naturelle menaient des études. Suite à plusieurs vols et à un sentiment d'insécurité, les chercheurs ont quitté les lieux.'
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 novembre -0001 à 12:00
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • Pas de commentaire à "Fièvre de l'or en Guyane, des conséquences sur l'environnement"

      Laisser un commentaire

      Votre courriel ne sera pas affiché.