La voiture à air comprimé, AirPod, devrait faire ses débuts en 2015

En ce début d’année 2015, le feuilleton de la voiture à air comprimé vit un de ses nombreux rebondissements avec, selon un quotidien indien, une possible et prochaine commercialisation d’un véhicule minimaliste à air comprimé aux USA. En effet, le groupe Tata envisagerait de lancer aux Etats-Unis un clone de l’AirPod. Initialement développée et présenté en 2009 par la société française MDI, aujourd’hui basée au Luxembourg, cette voiture tricycle affiche clairement sa vocation urbaine avec 2,07 m de long, 1,60 m de large et 1,74 m de haut, pour un rayon de braquage record de 1,90 m. Malgré ses dimensions réduites, le véhicule peut transporter trois adultes et un bébé, le conducteur étant installé sur l’unique siège avant, en position centrale. Côté motorisation, un moteur mono-énergie à air comprimé, donc sans rejet polluant à l’utilisation, devrait lui permettre d’atteindre une vitesse maxi de 80 km/h via une alimentation en air assurée par deux réservoirs. Avec un volume embarqué de 250 litres d’air, à 250 bars, l’’AIRPod aurait une autonomie de 140 à 200 km, en fonction de l’utilisation qui en est faite (charge, vitesse, etc.). Pour mener à bien cette opération, que Timothy Leverton de Tata Motors considère, dans les pages du quotidien indien Business Standard, comme "…un projet à long terme et un challenge délicat et difficile. Mais c’est un domaine que nous devons investir pour nous assurer de pouvoir innover et fabriquer des produits novateurs à l'avenir", le groupe s’appuie historiquement sur le droit exclusif de production du moteur de MDI, acquis pour l’Inde en 2007. Après plusieurs années de développement, notamment pour résoudre des problèmes thermiques, la phase de production approche. La société américaine, Zero Pollution Motors a en effet acquis les droits de production de l’AirPod aux USA, auprès de MDI. Selon cette dernière, la commercialisation devrait intervenir au cours du deuxième semestre 2015, à Hawaï, avec la mise en place d’une première unité de production de voitures à air comprimé. Le succès aidant, d’autres unités de production pourraient alors investir le continent américain. Présenté comme la réponse à la pollution et mobilité urbaines, l’AirPod y est proposé en trois versions, pour un tarif qui devrait être un peu inférieur à 10 000 $ et un premier acompte de 1000 $. Bien que la voiture à air comprimé ne soit pas exempte de pollution via la compression de l’air, elle s’affiche nettement moins polluante que son homologue électrique. Aussi, on ne peut que souhaiter le succès de cette opération qui privilégie, en outre, une production proche du lieu de vente. Néanmoins, sans même parler de l’histoire tumultueuse et des nombreuses annonces non suivies d’effet du promoteur de l’AirPod, l’homologation routière, aux USA, de la première voiture à air comprimé pourrait être un obstacle infranchissable face à des normes réputées pour être strictes …
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 février 2015 à 10:12
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 11 Réponses à "La voiture à air comprimé, AirPod, devrait faire ses débuts en 2015"

    • comment-avatar
      Jack 27 février 2015 (16 h 56 min)

      Ce serait bien de rappeler l’historique complet, on ne saura jamais toute la vérité sur la complicité de l’état et du lobby pétrolier dans cette affaire. Avoir laisser les moteurs à carburants fossiles nous empoissonner alors que le moteur à air comprimé existent depuis longtemps, n’est-ce pas un crime contre l’humanité ? de combien de morts l’état est-il responsable ? beaucoup plus que par accidents de la route ! REGARDEZ CETTE VIDEO
      https://www.youtube.com/watch?v=Tjr3gKIZlok

    • comment-avatar
      THEVENIN 28 février 2015 (13 h 28 min)

      Société française basée au Luxembourg … On se demande bien pourquoi.

      Je me souviens avoir calculé un bilan énergétique de la chose, il est déplorable.

    • comment-avatar
      AGo 1 mars 2015 (0 h 06 min)

      Deux obstacles techniques connus par tous les physiciens sérieux : la puissance de la voiture est fonction de la pression de l’air… donc diminue au fur et à mesure que le réservoir se vide… dès le départ ; d’autre part, la détente en sortie de réservoir (de 250 à 1 bar !) refroidit et même gèle celui-ci, ce qui diminue encore la pression (on évoque des « problèmes thermiques… » et comment!) et enfin, où est le réseau de stations de remise en pression ? Ce serpent de mer est une fumisterie… que Guy Nègre a tenté de vendre aux mexicains, puis aux marocains et finalement aux Indiens (étonnant d’ailleurs que ceux-ci se soient laissés berner…) après s’être fait jeter par tous les occidentaux contactés… La thermodynamique a des lois !

    • comment-avatar
      Unchatideal 1 mars 2015 (12 h 00 min)

      En dehors des problèmes techniques évoqués par AGo, 250 bars de pression c’est énorme, à produire conserver et transvaser, combien de Kwh pour produire 1 litre d’air à 250 bars ? En tous cas, ce n’est ni l’esthétique, ni la visibilité du conducteur qui pourront convaincre les futurs acheteurs…

    • comment-avatar
      terras58 2 mars 2015 (9 h 49 min)

      pour AGo
      ce que vous dites n’est pas tout à fait juste. Si la pression de service est supposons de 50 bars, il suffit de mettre un détendeur à la sortie du réservoir réglé à 50 bars et le véhicule conservera sa puissance tant que la pression dans le réservoir sera au dessus de 50 bars.

      pour Unchatideal
      n’importe quel centre de plongée subaquatique sait gérer facilement ce genre de problèmes et est capable de gonfler à 250 bars mais effectivement, le coût en énergie reste le problème.

    • comment-avatar
      Gromit 2 mars 2015 (11 h 02 min)

      Comment fait-on en cas de panne de carburant ?
      (c’est sans doute pour ça qu’elles ont l’air petites et légères. Pour pouvoir les pousser jusqu’au compresseur…)

    • comment-avatar
      fred 2 mars 2015 (18 h 03 min)

      pour terras 58
      bonjour,
      faire baisser la pression à 50 bars par un detendeur représente une perte d’energie non négligeable (ainsi que surement le besoin d’un rechauffage supplémentaire)
      fred

    • comment-avatar
      terras58 3 mars 2015 (9 h 42 min)

      pour fred

      Boujour,
      un détendeur fonctionne avec un ressort (pour simplifier) et donc ne fait perdre pas la moindre parcelle d’énergie qui reste stockée dans le réservoir gonglé à 250 bars au départ et dont la pression baisse au fur et à mesure de l’utilisation jusqu’à atteindre les 50 bars(pression de service supposée)
      Quant au besoin de réchauffage, je ne pense pas que ce soit nécessaire. 250 l d’air qui se détendent sur environ 2 heures ne provoque pas un refroidissement génant.
      Pour préciser, je ne suis pas spécialement un défenseur de l’Airpod.
      Ce qui me gène pour ma part c’est que 250 l d’air à 250 bars, c’est une véritable bombe ambulante.

    • comment-avatar
      AGo 3 mars 2015 (17 h 43 min)

      pour terras58
      bonjour ; en effet j’ai simplifié pour clarifier, le modèle prévoit un détendeur… ce qui diminue la puissance disponible…; en pratique, le calcul donne une consommation d’environ 8 kWh pour comprimer 250 l d’air à 250 bar (selon la qualité du compresseur), énergie que le système restituera à environ 80% en détente adiabatique (sans échange de chaleur avec l’extérieur); c’est le cas dans les systèmes rapides (ex: marteau-piqueur routier… ceux-là n’ont jamais fait appel à un stockage d’air en bouteille… le compresseur permanent est obligatoire vue la puissance demandée ; dans le cas d’une détente isotherme, donc lente (le milieu extérieur pouvant alors réchauffer l’air refroidi par la détente), alors la restitution d’énergie est augmentée de cet apport calorique extérieur; elle pourrait, dans notre cas, atteindre 10 kWh; mais au prix d’un refroidissement de l’environnement! c’est pourquoi Guy Nègre, dans son projet de moteur de voiture, ajoute – et il se garde bien de le clamer!- une grosse batterie électrique, alimentant une résistance pour chauffer la chambre de détente…
      Et que sont en pratique 10 kWh d’énergie ? l’équivalent d’environ 1,5 l de bonne essence… d’où l’autonomie prétendue de 140 km (pour une voiture qui ne devrait pas dépasser 300 kg… dont plus de la moitié pour les réservoirs…). J’en doute fortement.
      Nous sommes dans les rêves et racontars d’arracheurs de dents ! d’ailleurs même la roulette des dentistes (qui est mue à l’air comprimé) est toujours alimentée par un mini compresseur, pas par une bouteille !

    • comment-avatar
      fred 3 mars 2015 (18 h 28 min)

      bonjour,
      détendre de l’air à 20 ° de 250 bars à 50 bars fait baisser sa température de sensiblement 100° ce qui nécessite pour le ramener dans des température raisonnable (20°C) 1,4 kwh d’énergie thermique (pour 50 kg d’air). c’est d’ailleurs à cela que sert leur fameux adjuvant energétique ( de l’essence) dont il est fait mention dans leur description
      Ceci étant dit , le détendeur crée une perte de charge controlée qui correspond bien à une perte d »énergie

    • comment-avatar
      BikePower 12 mars 2015 (3 h 09 min)

      La seule chose qui soit formidable dans cette affaire, c’est bien que Guy Nègre et son équipe arrivent à vivre de cette idée… qui restera une idée…
      Il est vrai que la crédulité n’est pas soumise aux lois de la thermodynamique…
      Ceci étant dit, je vous suggère de partir de suite à vélo si vous voulez arriver à l’heure, parce que si vous attendez l’AIRPOD….

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.