La brique creuse affiche sa supériorité thermique et économique

Une récente étude comparative, commandée par la FFTB (1), met en avant la supériorité thermique et économique d'une solution brique creuse de 20 cm, avec isolation par l'intérieur, face à un mur en béton banché (2) isolé par l'extérieur. L'avantage serait tel que l'économie de chauffage s'élèverait à 6,5% pour un coût de construction pouvant baisser jusqu'à 28% … Logiquement réalisée pour des habitations collectives de plusieurs étages (R+3 et R+4), domaine où le béton banché règne, l'étude pourrait ne pas laisser indifférent les décisionnaires et autres architectes. En effet, depuis le 1er janvier 2013, avec l'arrivée de la réglementation thermique 2012 (la RT 2012), le saut thermique et qualitatif imposé aux acteurs du bâtiment représente pour beaucoup d'entre-eux un véritable défi. Mais si dans les constructions individuelles, la brique creuse et le bois font un retour remarqué, il n'en est pas encore de même pour l'habitat collectif. Pourtant, souvent, la brique creuse facilite la conception et la réalisation aux exigences de la RT 2012. Ainsi, face au béton, elle bénéficie d'une résistance thermique très intéressante (1,4 m2.K/W), pour une épaisseur de 20 cm. La mise au point de briques spécifiques, adaptées à la liaison avec des planchers, balcons, etc. permet en outre de se dispenser de rupteurs de pont thermique (cf. illustration ci-dessus). Quant à l'étanchéité à l'air, pour laquelle la RT 2012 impose de strictes valeurs seuils, des essais menés avec la fédération française du bâtiment montrent qu'un mur crépi offre une étanchéité à l'air suffisante, sans qu'il soit nécessaire de remplir les joints verticaux ou d'enduire la face intérieure des briques avant la pose de l'isolant. Pour mémoire, la RT 2012 a été définie lors du Grenelle de l'environnement dans le but de répondre à la piètre efficacité énergétique du bâtiment. Aujourd'hui, avec près de 20% des émissions de CO2 et 46% de l'énergie consommée, le secteur du bâtiment doit limiter fortement ces valeurs que ce soit pour lutter contre le changement climatique en cours, cesser de gaspiller les ressources énergétiques ou préserver le portefeuille de ses bénéficiaires. A ce titre, le passage de la RT 2005 à la RT 2012 représente un saut technique et qualitatif très important, précurseur de celui prévu en 2020, période à laquelle les constructions neuves auront l'obligation, normalement, de consommer moins d'énergie qu'elle n'en produisent. Les solutions pour y parvenir sont déjà d'actualité, la brique creuse et le bois, en jouant sur l'épaisseur et l'isolation en font partie, comme l'attestent d'ores et déjà quelques constructions d'avant garde. 1- La Fédération Française des Tuiles & Briques a présenté cette étude comparative lors d'un colloque spécifique en octobre. 2- Le béton banché est une technique de coffrage pour obtenir des parois verticales en béton armé, d'un seul tenant. Elle permet un gain de temps et de qualité dans la réalisation de bâtiments, le plus souvent, de grande dimension (hauteur et/ou longueur). 3- La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) impose un seuil de basse consommation énergétique pour tous les logements depuis le 1er janvier 2013, entre autres.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 octobre 2013 à 09:36
3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
Les derniers articles de l'auteur :
  • Isolant : quand le carton détrône le papier …
  • Les chemins ruraux sauvés par les sénateurs
  • Energie solaire : la révolution Rawlemon
  • 19 Réponses à "La brique creuse affiche sa supériorité thermique et économique"

    • comment-avatar
      francois 30 octobre 2013 (16 h 36 min)

      faut il encore qu’elle soit bien monté.

      il suffit de faire un tour dans les lotissements en construction pour voir tout les ponts thermiques existant qui font perdre l’avantage de la brique creuse.

    • comment-avatar
      OLIVIER 30 octobre 2013 (17 h 36 min)

      la brique creuse en solution thermique & économique

    • comment-avatar
      Olibiobus 30 octobre 2013 (22 h 32 min)

      Comme la brique creuse, le béton cellulaire doit être monté avec des joints aussi fins que possible. Sinon, chaque joint épais est un pont thermique ! Je préfère l’isolation par l’extérieur qui supprime ces possibles ponts thermiques, qui permet d’utiliser l’inertie des murs, qui s’adapte très bien à la rénovation. Par exemple le Multipor (béton cellulaire léger avec lambda de 0,04 en 140 mm d’épaisseur amène un mur quelconque à R > 3,5 !
      Et je pense que la fabrication du béton cellulaire est moins énergivore que la brique creuse.

    • comment-avatar
      Francis 31 octobre 2013 (10 h 18 min)

      Ce que François dit est tout à fait vrai : Quand le batiment formera tout ira pour l’instant les pmi n’ont pas tout compris …

    • comment-avatar
      patrice 31 octobre 2013 (10 h 28 min)

      A-t-elle une supériorité sur le béton cellulaire style ciporex?

    • comment-avatar
      damien 31 octobre 2013 (11 h 51 min)

      j’aimerai bien voir l’étude complet et son comparatif avec du l’isolation extérieure.
      Pour moi la meilleur des solutions avec un rapport qualité/prix et respect de la rt 2012 voir plus est le bloc coffrage isolant.

    • comment-avatar
      alain jaffres 31 octobre 2013 (14 h 35 min)

      ne pas oublier la pierre ponce, peu énergitivore à la fabrication, et facile à monter en traditionnel avec mortier adapté, si possible en monomur, ce qui permet de bénéficier du renvoi calorique non négligeable, qu’il n’y a plus avec une isolation intérieure…

    • comment-avatar
      Martino 1 novembre 2013 (10 h 05 min)

      Pourquoi n’avez-vous pas présenté des briques commercialisées en France type Juwoe (R=5) ou Bellenberg (R=6) dans votre article ? Pourquoi présentez vous un R=1,4 comme très intéressant? L’avez-vous comparé au parpaing? Il y a un site que je recommande à votre rédacteur : u-value . net/fr .
      Puisque les maçons se mettent à rédiger, que les journalistes se mettent à bâtir!

    • comment-avatar
      alain 1 novembre 2013 (20 h 12 min)

      cest bien tous sa. vo mieut niveaut economique le parpain elargir les tape des fenetre metre une couche suplementer d isolation vous aller ratraper la diference de la brique en plus des economie. je suis dans le batiment de plus de 20 ans le melieur isolan la mouse poliretan 120 mm corespont a un r de 7

    • comment-avatar
      nono 2 novembre 2013 (20 h 11 min)

      Il me semble que le béton cellulaire est interdit dans les pays du Nord car il capte la radioactivité du sol, non ?

    • comment-avatar
      Daniel 2 novembre 2013 (23 h 54 min)

      Et oui tout est dit, surtout si l’on comprend bien que cette info émane en droite ligne de la FFTB ! Il n’y a plus à Univers Nature qu’à publier les CT d’Isover, de Lafarge et autres industriels très « soucieux » de l’environnement…

    • comment-avatar
      rené 3 novembre 2013 (10 h 46 min)

      le top est quand même l’isolation par l’extérieur, ensuite à l’intérieur vient ce qui nous porte le plus: de la terre crue pour éviter les industriels dans une ossature bois, de la terre cuite pour l’inertie mais en consommant de l’énergie grise, du béton banché quand on craint de la solidité de l’ensemble.

    • comment-avatar
      pivert 3 novembre 2013 (18 h 18 min)

      le top en matière d’isolation intérieure me semble encore la brique de CHANVRE . De plus elle offre un bilan carbone bien supérieur à la brique céramique qui demande beaucoup d’énergie pour sa fabrication. Pour ma part j’ai construit une maison avec des murs entiers en brique de chanvre. Résultat extra. voir le site CHANVRIBLOC pour plus d’info.

    • comment-avatar
      jean Pneuslic 4 novembre 2013 (4 h 07 min)

      Je vois mal le FFTB aller contre ses intérêts !!!
      Mais si l’isolation est intérieur peut importe les matériaux du mur, il sera isolé de la température intérieur du batiment qui ‘aura pas de stockage d’énergie
      L’isolation par l’extérieur (en paille -performance et économie-) est nettement supérieur et pour le mur ,une ossature bois et des BTC (brique en terre crue )et là,y a pas photo :
      Energie grise :0
      Pollution :0
      Performances :maxi(au normes 2020)
      Confort :maxi
      Tarif :de 10 à 20 % en moins (jusqu’à 50% en autoconstruction)

    • comment-avatar
      jymesnil 4 novembre 2013 (9 h 55 min)

      dommage que l’on ne communique pas les chiffres de U et de Psi (Ponts thermiques) ?! c’est invraisemblable 🙂 avec l’isolation intérieure on a un véritable pont thermique en bout de dalle et ce n’est pas planelle qui change grand chose, avec l’ITE on n’a pas de pont thermique. Quant au fait que la même épaisseur d’isolant soit à l’intérieur ou à l’extérieur cela ne change rien au U de la paroi. On avancera que l’ITE permet une bien meilleure capacité thermique et inertie de la paroi intérieure notamment au regard du confort d’été, mais tant que les fabricants ne comprendront pas que l’ITE ne les empêche pas de placer leurs blocs, on continuera avec ce genre d’erreurs 🙂

    • Article : La brique creuse affiche sa supériorité thermique et économique | Acasela - agence d'architecture 4 novembre 2013 (12 h 43 min)

      […] Lire l’intégralité de l’article sur le site de Univers Nature […]

    • comment-avatar
      bioclim 6 novembre 2013 (19 h 12 min)

      Les responsables de la FFTB n’auraient-ils jamais eu l’idée de passer 8 jours en été et 8 jours en hiver dans une habitation ITE?
      Ils tordraient ainsi le cou à l’isolation par l’intérieur.

    • comment-avatar
      Job 6 novembre 2013 (19 h 50 min)

      . .. La brique,le béton cellulaire, etc . .; pour moi, j’ai choisi la paille avec la méthode GREB pour le montage; excellent rendement thermique !! puisqu’on dépasse le coef de 7

    • comment-avatar
      biloubil 11 novembre 2013 (11 h 51 min)

      Bon, ben ce n’est pas encore aujourd’hui que j’aurais des infos sur l’isolation ^^
      Tout le monde y va de ça science, de son expérience (réelle ou pas (pub dissimulée) !)
      je ne comprends pas qu’il ne ressort pas une bonne fois pour toute, un materiaux + une méthode efficace, c’est un vrai casse tête !

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.