Et si Dunkerque roulait et se chauffait à l’éolien ?

[caption id="attachment_65821" align="alignnone" width="735"] eolien dunkerque[/caption] Les assises de l'Energie ne sont pas franchement le genre d'événements qui fait se déplacer les foules ou qui mobilise les médias. La quinzième édition, tenue récemment, n'a pas dérogé à la règle. Pourtant, un contrat d'un genre nouveau en France y a été signé entre la ville de Dunkerque, GDF Suez et l'ADEME : le développement et le déploiement de démonstrateurs qui utilisent comme carburant l'hydrogène, une ressource renouvelable et stockable. Nom de code, GRHYD : Gestion des Réseaux par l’injection d’HYdrogène pour Décarboner les énergies. Les anglophones apprécieront le jeu de mots avec "Grid", que l'on peut traduire par "réseau". La communauté urbaine de Dunkerque est équipée d'éoliennes. L'éolienne, on le sait désormais, produit de l'électricité uniquement lorsque le vent souffle. L'énergie est alors envoyée aux foyers reliés à l'éolienne, qui l'utilisent. Mais quand le vent souffle trop fort (et cela doit bien arriver à Dunkerque), l'éolienne produit trop d'électricité. Celle-ci ne peut pas être stockée, elle est donc perdue. Le projet GRHYD propose d'utiliser ce surplus d'électricité pour alimenter une réaction d'électrolyse qui permet de séparer l'oxygène de l'hydrogène dans l'eau. L'hydrogène, lui, peut être stocké et servir la communauté urbaine de différentes manières qui amélioreront son bilan carbone. La première utilisation concernera un quartier de 200 logements en cours de construction. L'hydrogène produit par électrolyse, et qui bénéficie d'une meilleure efficacité énergétique que le gaz naturel, sera mélangé au gaz de ville classique pour produire de l'eau chaude et du chauffage. Ce quartier verra sa consommation de gaz réduite, et avec elle son bilan carbon amélioré. La seconde utilisation qui peut être faite est de transformer l'hydrogène en carburant pour les bus de la ville. Comme dans l'exemple précédent, il s'agira de mélanger 20% d'hydrogène à 80% de gaz pour obtenir de l'Hytiane, un carburant à l'efficacité énergétique 7% supérieure au gaz. Les bus, qui émettent zéro particule à l'usage, verront en plus leur consommation de carburant diminuer. Mais tout cela nécessite évidemment des investissements, entre la construction des logements ou les évolutions de la flotte de bus existante. Ils ont été chiffrés à 15 millions d'euros, dont 4,5 de subventions publiques, et le reste apporté par les partenaires industriels du projet. Chauffer des foyers et faire rouler des bus grâce à l'énergie éolienne, il fallait y penser, et Dunkerque l'a fait. En attendant d'autres villes ?
Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 14 avril 2014 à 02:49
123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
Les derniers articles de l'auteur :
  • Demain – le FILM à voir !
  • un restaurant solaire, un projet fou ?
  • Demain, la Turquie chauffée à la pistache ?
  • 1 réponse à "Et si Dunkerque roulait et se chauffait à l'éolien ?"

    • comment-avatar
      CHANUR 24 avril 2014 (11 h 24 min)

      Stockage d’énergie, en allemengne il y a programme (à l’étude?) de stockage qui utilise le CO2, en particulier celui dont on ne sait pas quoi faire, solution pour s’en débarasser

      Cela dit, tout ca à partir d’éoliennes, quand on sait
      que les éoliennes massacres les oiseaux, que l’on marche sur les cadavres au pied des éoliennes,si si il y en qui les ont vus avant que des responsables les ai escamoté
      et que l’on se sert de courant pour les faire tourner quand on manque de vent

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.