Un « moteur vert » à faible impact environnemental


C’est à l’occasion du Salon EnviroNord de Lille en juin dernier que le pôle de recherche MEDEE a présenté en avant-première le premier moteur écologique. Ce projet de moteur électrique éco-conçu applicable à la grande majorité des moteurs électriques pourrait préfigurer un tournant pour le secteur.

Voilà une info qui n’est pas passée inaperçue. Un moteur écolo, un oxymore de nouvelle génération? Même si l’équipe de chercheurs et de partenaires ont refusé de parler de « révolution » pour évoquer le « gain substantiel en matière d’environnement », le projet de moteur écologique est désormais bel et bien concret. Conçu sur la base d’un moteur classique, il fournit la même puissance utile que les machines « traditionnelles » tout en apportant des améliorations technologiques et mécaniques qui réduisent son impact sur l’environnement : roulements à billes à faibles frottements, tôles magnétiques permettent ainsi de diminuer les pertes…

A l’origine de ce projet : de nombreux travaux de recherches menés au LSEE (Laboratoire Systèmes Electrotechniques et Environnement) de l’Université d’Artois, partenaire actif du Pôle de Recherche MEDEE (Maîtrise Energétique des Entraînements Electriques) qui font l’objet d’une thèse de doctorat cofinancée par l’ADEME et EDF Recherche & Développement démarré en octobre 2009 et dont la soutenance prévue initialement pour septembre 2012 dispose d’un prolongement d'un an en collaboration avec un fabricant de moteur. Cette démarche illustre une volonté de s’inscrire dans la lutte contre les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) et de contribuer à l’atteinte des objectifs internationaux en matière énergétique d’ici 2020 (réduire de 20% les émissions de GES par rapport à leur niveau de 1990).

Et les applications pourraient être multiples et concerner notamment des usages domestiques avec un gain d’énergie annoncé d’au moins 2%. En effet, dans un communiqué, le Medee explique que « les avancées technologiques s’appliqueront à tous les types de machines électriques, qu’elles soient à des fins domestiques (aspirateurs, machines à laver, …) ou industrielles (pompes, ventilateurs, machines complexes, …). Une amélioration de l'efficacité énergétique qui peut paraître faible mais combinée à une réduction de l'emprunte environnementale globale aura des conséquences importantes car la consommation des moteurs électriques représente actuellement 70% de l’énergie électrique totale consommée dans l’Industrie. »

Un bref état des lieux des enjeux du secteur industriel montre l’ampleur des gains énergétiques possibles : La consommation mondiale d’électricité devrait doubler d’ici 2040, les moteurs dans l’industrie représentent 28 % de cette énergie et pas moins de 300.000.000 de moteurs industriels sont installés dans le monde (+10%/an). Le potentiel d’économie est de 30 %. Actuellement au stade expérimental, la date de commercialisation n’est pour le moment pas encore envisagée…

Déborah

4 Réponses à "Un « moteur vert » à faible impact environnemental"

  • comment-avatar
    lupus 17 janvier 2013 (0 h 00 min)

    Modifions notre impact sur l’environnement : moins de gaz à effet de serre mais plus de déchets radio-actifs…

  • comment-avatar
    jdautz 18 janvier 2013 (0 h 00 min)

    Moins de consommation = moins de nucléaire à service équivalent !

    C’est beau les slogans lancés au hasard et à tout vents, mais ça ne fait pas avancer d’un millimètre le schmilliblik.

  • comment-avatar
    opaque 24 mars 2013 (18 h 52 min)

    Pour envisager de commercialiser des moteurs écologiques, il vaut mieux d’abord prendre une assurance vie.
    il est en effet deja arrivé des incidents fâcheux à certains inventeurs trop ambitieux…

    Pour envisager de se passer de moteurs, il va falloir se remettre au vélo, ou à la chaussure…

    Pour se passer d’électricité, c’est très simple: il suffit de couper le courant.

  • comment-avatar
    opaque 24 mars 2013 (19 h 04 min)

    Ha ha, il y avait un piège, dans les 2 dernières affirmations: car il s’agit bien plus que d’une remise en question citoyenne individuelle ; c’est un retour sur soi même, sur son karma : le renoncement aux chimères mécaniques peut il être libérateur ? pas gagné d’avance, n’est ce pas ?

Répondre à jdautz Cancel reply

Votre courriel ne sera pas affiché.