Le potentiel des énergies marines en France

[caption id="attachment_63600" align="alignnone" width="606"] Ferme d'éoliennes offshore[/caption] Au registre des énergies renouvelables, les énergies marines sont un axe de développement énergétique intéressant. Les objectifs fixés par la France ? Obtenir sur les océans une puissance de 6 000 mégawatts et atteindre ainsi 23 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020 afin de contribuer à produire 3,5 % de la consommation d’électricité en 2020. La France, deuxième puissance maritime Les énergies marines désignent l’ensemble des technologies qui permettent de produire de l’énergie, notamment de l’électricité, à partir de différentes ressources du milieu marin. Chaleur de la mer, éoliennes offshore, énergie des courants, des vagues et des marées : les possibilités des énergies marines sont nombreuses. "La France a le potentiel pour devenir leader mondial: nous sommes la deuxième puissance maritime mondiale et nous avons le deuxième gisement d'Europe d'énergies marines", déclarait Delphine Batho en février 2013 lors d’un déplacement à Cherbourg. Contribuer à la transition énergétique Dotée de près de 11 millions de kilomètres carrés, la France est la seconde aire marine mondiale. Du côté du ministère, l’ambition affichée est de soutenir cette nouvelle filière industrielle avec dans le viseur, une situation mature en 2014-2015 et ainsi contribuer à la transition énergétique. Le potentiel de puissance totale installable en France (hors éolien en mer), à moyen terme, se situerait entre 3 et 5 gigawatts (GW), soit l’équivalent en puissance de deux ou trois centrales nucléaires de type EPR (Source : Ministère de l’Ecologie). Selon l’Ademe, « Le développement des premiers prototypes de taille significative pour l'hydrolien, l'houlomoteur et l'éolien flottant conduit aujourd'hui à penser qu'un tel développement industriel pourrait commencer à se concrétiser avant 2015 par la commercialisation d'équipements rentables dans un contexte de demande croissante et de raréfaction des combustibles fossiles ». D’un point de vue économique, l'hydrolien en France représenterait un potentiel de 10.000 emplois. Incitations et mesures Pour atteindre les objectifs fixés à 2020, le gouvernement français, à travers son Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie, a lancé deux principales mesures de soutien : Un appel à manifestation d’intérêt « énergies marines » (AMI) pour développer les briques technologiques et les démonstrateurs de recherche d’énergie hydrolienne, houlomotrice, éolienne flottante et thermique des mers et le lancement par les Préfets d’un travail de planification et concertation pour identifier les zones propices au développement de moyens de production hydrolien pilotes. Enjeux environnementaux L’enjeu actuel se focalise également sur l’importance d’analyser les impacts environnementaux dans les différentes filières des énergies marines. « Pour tous les dispositifs de production d’énergie mis en œuvre (éolien, hydrolien, houlomoteur, thermique), la connaissance du sol et du sous-sol marins, les interactions « sols structures » sont incontournables et aideront aux choix de sites d’installation, à la définition du type de structures et du design adaptés pour les fondations, à la pose des câbles intra-parcs et au raccordement à la côte », explique l’Ifermer dans un communiqué, un institut expert sur ces questions. Un rapport lancé par le ministère de l’Ecologie sur les différentes filières à potentiel pour l'énergie marine prévu initialement pour le 15 mars est toujours en cours.
Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 17 avril 2013 à 06:00
73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
Les derniers articles de l'auteur :
  • Scénario Négawatt : les principales propositions pour le bâtiment
  • Rénovation thermique : le point pour les copropriétés
  • Les bénéfices de la rénovation par l’isolation
  • 1 réponse à "Le potentiel des énergies marines en France"

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.