Ou en sont les énergies renouvelables à Paris

[caption id="attachment_831" align="aligncenter" width="718"] installations solaires à paris[/caption] A la fin de l'année 2007, le Grenelle Environnement voulu par Nicolas Sarkozy, alors président de la République, était conduit par Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie. Le Grenelle Environnement, c'est une série de rencontres entre les pouvoirs publics et les représentants de la société civile, rencontres devant aboutir à des engagements concrets en métier de développement durable et d'environnement. Suite à ces rencontres, le projet de loi "Grenelle I" présenté à l'Assemblée Nationale, a été adopté à la quasi-unanimité. Parmi toutes les mesures adoptées, celles dites des "3x20", soit une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre, la baisse de 20 % de la consommation d’énergie, et une proportion de 20 % des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de la France. Autant d'objectifs à atteindre à l'horizon 2020. Si de nombreux secteurs de l'économie (l'industrie, les transports…) sont priés d'adapter leurs pratiques pour atteindre les objectifs fixés, il est un domaine qui peut agir sur chacun de ces trois leviers : l'habitat. Ainsi, de vastes plans de rénovation du foncier ont été lancés dans les grandes villes françaises, avec l'idée d'améliorer l'isolation thermique d'un parc immobilier vieillissant. Une meilleure isolation thermique, c'est un recours au chauffage réduit en hiver, et une utilisation moindre de la climatisation en été. Bref, de sérieuses économies d'énergie et une réduction, par extension, des émissions de gaz à effet de serre. Et le recours aux énergies renouvelables ? Difficile dans les grandes villes. Le terrain est cher, et il est difficile d'imaginer des fermes solaires ou éoliennes fleurir dans les parcs municipaux lyonnais, parisiens ou lillois. Pourtant, les projets ne manquent pas, notamment dans la capitale. Aujourd'hui, quelques 20 000 mètres carré de panneaux solaires ornent les toits de Paris, et d'autres projets d'envergure sont en cours. Dans le futur éco-quartier de Clichy-Batignolles, un nouvel immeuble a été livré avec une surface de 600 m2 de panneaux photovoltaïques sur ses toits, ce qui en fait la plus grande centrale de ce type intra-muros. La plus grande centrale "pour l'instant" devrait-on dire. La Halle Pajol, située au coeur du XVIIIe arrondissement, sera livrée en 2013 avec 3500 mètres carrés de panneaux sur ses toits, pour une production d'électricité qui devrait couvrir les besoins énergétiques du bâtiment. Et dans le XVIe arrondissement, à deux pas du Parc des Princes, le stade Jean Bouin, en rénovation depuis 2010, accueillera 2800 m2 de panneaux sur le toit de ses nouvelles tribunes. Les efforts des équipes municipales devraient se poursuivre pour respecter le Plan Climat adopté en 2007 : intégrer 25% d'énergies renouvelables dans sa consommation énergétique d'ici 2020, soit 5% de plus que ce que prévoit le Grenelle Environnement. Et pour cela, la mairie devrait lancer avant 2014 l'installation d'environ 200 000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques sur son territoire, de quoi décupler la puissance de production actuelle. Vivement demain…

Pas de commentaire à "Ou en sont les énergies renouvelables à Paris"

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.