Cyclamed, le réflexe pour le recyclage des médicaments

Si, en regardant dans votre armoire à pharmacie, vous trouvez de la Lysopaïne en comprimé, ou de la Solutricine maux de gorge en comprimé, cet article est pour vous. En effet, les deux antibiotiques cités font partie d'une liste de médicaments retirés du marché en France en 2005 pour non-efficacité. En plus d'être inutiles, ces comprimés sont en plus probablement périmés. Car nos médicaments, quels qu'ils soient, ont, comme n'importe quel produit de consommation courante, une date de péremption, au delà de laquelle les principes actifs peuvent perdre de leur efficacité. Et que faire, alors, des médicaments périmés ? Ou de ceux dont vous n'avez plus besoin ? Votre médecin vous prescrit un traitement d'une semaine, mais il y a suffisamment de comprimés dans la boîte de médicament achetée à la pharmacie pour assurer deux semaines de traitement. Situation classique. Pour se débarrasser de tout cela, il y a l'association Cyclamed, qui regroupe en son sein l'ensemble du secteur pharmaceutique. Ainsi, il est possible, partout en France, de rapporter dans leur emballage les médicaments devenus inutiles à la pharmacie la plus proche, qui les acceptera forcément. Quatre avantages à cela : d'abord, votre armoire à pharmacie perd du poids, et vous gagnez un peu d'espace à la maison. Ainsi, alors que chaque foyer stockait 500 grammes de médicaments en 2009, il n'en possède plus que 358 grammes en 2013. 2013, une année qui aura d'ailleurs vu Cyclamed récolter 14 730 tonnes de médicaments non utilisés, sur les 23 300 tonnes par an estimées de médicaments non utilisés qui trainent dans nos placards. Ensuite, vous débarrasser de médicaments périmés peut vous éviter quelques moments inconvenants : selon Cyclamed, "les médicaments représentent plus d’une intoxication sur deux chez les enfants(80% des cas pour les enfants de 1 à 5 ans)".Autre avantage : en étant orientés vers une filière de traitement spécifique, les médicaments ne se retrouveront pas en décharge ou enfouis. Dans de tels environnements, leurs molécules peuvent se diffuser dans les nappes phréatiques et potentiellement les contaminer.Enfin, si certains emballages (ceux en carton, notamment) partent vers des usines de recyclages, le reste des déchets récoltés est incinéré, ce qui permet de chauffer de nombreux logements à moindres frais. Autant d'arguments pratiques, écologiques et sanitaires qui devraient vous convaincre de rendre plus souvent visite à votre pharmacien préféré. Photo : ep_jhu/Flickr/CC  
Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 19 octobre 2014 à 07:00
123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
Les derniers articles de l'auteur :
  • Demain – le FILM à voir !
  • un restaurant solaire, un projet fou ?
  • Demain, la Turquie chauffée à la pistache ?
  • 6 Réponses à "Cyclamed, le réflexe pour le recyclage des médicaments"

    • comment-avatar
      Francine 22 octobre 2014 (15 h 16 min)

      Étonnant cet article !!! J’ai encore acheté des tubes de lysopaine l’hiver dernier à ma pharmacie… pour un médicament « retiré du marché depuis 2005 » c’est bizarre non ???? il est certes déremboursé, mais pas retiré du marché !
      Cela dit, cela n’empêche effectivement pas de vérifier les dates de péremption des médicaments et de les rapporter à la pharmacie 😉

    • comment-avatar
      Wogenstahl 22 octobre 2014 (18 h 20 min)

      Comme dans tous les domaines il faudrait surtout ne plus avoir de médicaments en surplus, car si leur destruction permet de chauffer des logements ce n’est PAS GRATUIT car la sécu ou le malade a bien payé !!!

    • comment-avatar
      Christophe 22 octobre 2014 (22 h 14 min)

      La dernière fois que j’ai demandé à ma pharmacie habituelle du coin de reprendre une plaquette partiellemnt inutilisée la pharmacienne m’a répondu que (comme beaucoup de médicaments d’ailleurs) ça ne se faisait plus…
      Ce reportage semble donc être erroné ou mal informé.

    • comment-avatar
      izart 25 octobre 2014 (18 h 24 min)

      Bon, mis à part l’article intéressant, premièrement tout le monde n’a pas un FB pour partager, je préfère relayer intelligemment en vous citant sur mon blog izart.fr et deuxièmement vous nous proposez d’acheter un stop pub sur la même page, heu je crois qu’il y a un pb non ?

    • comment-avatar
      Patrice Rungs 29 octobre 2014 (20 h 15 min)

      Il y a eu un scandale il y a quelques années avec la récupération opérée par certains pharmaciens qui trouvaient le moyens de revendre certains produits.
      Je n’ai jamais entendu parler de condamnation…
      Alors : miracle les médicaments sont incinérés. On va donc se chauffer grâce aux suppositoires et aux cachets d’aspirine !

    • comment-avatar
      Nicole Sarah Kretchmann 2 novembre 2014 (20 h 47 min)

      Ma solution : aucun médicament chez moi depuis 1980, même pas une aspirine ! Aucune visite chez le médecin… Avant 1980, j’ai eu mon compte de médicaments et j’étais toujours malade… Je mange bio, végétarien (sans produits laitiers). Si besoin, une journée fruits ou légumes crus et tout rentre dans l’ordre.
      Par ailleurs, je n’ai pas de mutuelle de santé qui devrait s’appeler mutuelle de maladie !!!!
      Mon site http://chante-la-vie

    Laisser un commentaire

    Votre courriel ne sera pas affiché.