390 milliards d’arbres pour le poumon de la planète

On la qualifie communément de « poumon de la planète » vu sa superficie et la densité qualitative et quantitative de biodiversité qui la compose, la forêt amazonienne est une forêt équatoriale qui s’étend sur plus de 6 millions de km2 répartis sur neuf pays (la Bolivie, le Brésil, le Pérou, l'Equateur, la Colombie, le Venezuela, le Guyana, le Suriname et la Guyane française). Les résultats d’une étude à grande échelle, à laquelle ont participé 88 institutions nationales et internationales sur une dizaine d’années, viennent d’être publiés dans la revue Science.  Le bilan, sous forme d’inventaire, est très spectaculaire avec l’estimation que la forêt amazonienne est composée d’environ 390 milliards d’arbres de 16 000 espèces différentes. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié avec précision près de 1 200 parcelles d’un hectare qui ont représenté environ 500 000 arbres. Sur chaque parcelle les arbres ont été mesurés aussi bien au niveau de leur hauteur que de leur circonférence et des échantillons ont été prélevés afin de déterminer les types d’arbres. Le rapport précise que seulement 227 des 60 000 espèces recensées représentent à elles seules la moitié des arbres présents dans la forêt amazonienne et sont qualifiées par les chercheurs « d’hyper dominantes ». A l’inverse, 11 000 espèces ne représentent que 0,12 % de la population d’arbres de la forêt et sont donc considérées comme des espèces « rares » et de fait menacées. Ces espèces devraient rejoindre la liste déjà longue des espèces menacées de danger d’extinction de l'Union internationale pour la conservation de la Nature (UICN). Outre la richesse de sa biodiversité, la forêt amazonienne représente un acteur important de l’équilibre climatique de la planète notamment via le stockage naturel du carbone. Elle représente aussi un enjeu économique majeur pour la plupart  des 9 pays dont certains et, notamment le Brésil, pratiquent une déforestation soutenue. Il est maintenant admis qu’un cinquième de la forêt amazonienne a déjà été détruit, essentiellement pour des raisons agricoles. Certaines prévisions sont très pessimistes, notamment celle du WWF qui estime que plus de la moitié de la forêt  pourrait avoir disparu en 2030. Jusqu’à présent cette immense forêt a été un puits de carbone, mais la déforestation ainsi que les épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents pourraient bien la transformer en source de carbone à moyen terme, ce qui s’avérerait catastrophique pour l’évolution du climat de la planète.

1 réponse à "390 milliards d’arbres pour le poumon de la planète"

  • comment-avatar
    dominique 9 novembre 2013 (13 h 40 min)

    Bonjour mes amis de la NATURE ! J’ai lu votre article avec intérêt et sur mon blog je parle de la déforestation. J’ai fait un article sur l’amendement NUTELLA dont la taxation est passée à 300%, ce qui est une goutte d’eau, puisque pour le consommateur, cela représente 6 centimes d’euro en plus par kilo de NUTELLA.
    J’aimerais agir mais je ne vois pas ce qu’un particulier peut faire quand on sait que le mot : « HUILE DE PALME », n’est pas obligatoire sur les emballages. Le constat est fait mais quelle est l’action à entreprendre si nous voulons réduire la déforestation ?
    Boycotter ? Mais quoi ! tout contient de l’huile de palme !A part l’interdire MONDIALEMENT !!! Moi aussi je suis très pessimiste quand je vois que l’argent est le moteur sur notre Planète.
    Cordialement, dominique

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas affiché.