50 % des nappes phréatiques en baisse

Le dernier bulletin du BRGM (1) fait le point sur l’état des nappes d'eau souterraines au 1er mars 2012 en France. Les précipitations du mois de février se sont avérées fortement déficitaires sur l’ensemble du pays, avec généralement des valeurs n’atteignant pas 25 % de la normale. Plus globalement, le cumul des pluies efficaces depuis septembre 2011 sur l’ensemble de la France est déficitaire par rapport à la normale. Seuls la plaine des Pyrénées-Orientales, la région de La Porta (Haute-Corse) et l’ouest du Var bénéficient d’un cumul excédentaire, grâce aux fortes précipitations de l’automne 2011.

Au regard de quoi, une grande majorité des réservoirs, soit 80 %, présentent actuellement un niveau inférieur à la normale. C’est notamment le cas dans une grande partie du Bassin Parisien, dans le secteur du Rhône et du sud-ouest. Cette situation résulte de plusieurs années de déficit pluviométrique. Concernant l’évolution du niveau des nappes phréatiques, on observe une situation de baisse relative des niveaux sur de nombreux secteurs, dont le pourtour sud du Bassin Parisien, le sud-est de la France et le nord du bassin Aquitain. Fin février 2012, le niveau des nappes est ainsi en hausse pour 24 % d’entre elles, en baisse relative pour 51 % et stable pour les 26 % restants. D’après le BRGM, « L’absence de recharge sur les premiers mois de 2012 risque d’affecter la capacité d’exploitation des eaux souterraines dans les mois à venir ».
Cécile Cassier

1- Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

Pas de commentaire à "50 % des nappes phréatiques en baisse"

  • comment-avatar
    thylacine 27 mars 2012 (0 h 00 min)

    Cessons d’accuser la nature d’un problème dont nous sommes en grande partie responsables…
    Bien sûr, les années se suivent et ne se ressemblent pas; des périodes de sécheresse relatives succèdent à des périodes de fortes précipitations… Mais on sait que les modifications climatiques actuelles provoquent globalement une augmentation des précipitations moyennes annuelles sur la France. Alors si les nappes baissent globalement, comme on nous l’explique chaque année, c’est bien sûr à cause des multiples obstacles que nous avons créés à leur chargement…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas affiché.